samedi 31 octobre 2020

Chronique Express : Bring Me The Horizon - Post Human: Survival Horror

amo
est sorti le 25 janvier 2019 et n'a cessé de diviser les fans, déjà eux-mêmes divisés depuis That's The Spirit. C'est sûr qu'avec l'évolution constante de Bring Me The Horizon, difficile de suivre leur son sans être partagé et/ou déçu pour les fans de la première heure. Car oui, la bande évolue vers des sphères de plus en plus mélodiques, voire carrément radiophoniques. Ce nouvel EP/LP (car oui, avec 9 titres, on peut aller jusqu'à nouvel album, même si le groupe le considère comme l'épisode 1 d'un ensemble de 4 EPs programmés sur un an !) a surpris par son annonce tardive et sa sortie ultra rapide du coup. Bon, on connaissait quasiment la moitié de la galette avant de poser une oreille sur l'ensemble ("Ludens", le premier single, étant sorti en fin d'année dernière, le 6 novembre pour être tout à fait exact). Et le moins que l'on puisse dire c'est que la première chose qui vient à l'esprit à l'écoute de Post Human, c'est la puissance. L'influence d'amo est présente notamment dans les parties ultra électro de "Ludens" par exemple, mais le morceau est bien plus rentre dedans que n'importe quelle chanson de cette galette et fait le pont entre le côté ultra catchy et rock de That's The Spirit et les parties plus expérimentales d'amo. Et ça fonctionne vraiment bien. Et maintenant, le deuxième mot qui vient à l'esprit à l'écoute, c'est bordel de couilles, qu'est ce que c'est accrocheur. Mais pas vaguement catchy, catchy Linkin Park quoi. Et merde le mot est lâché. Bah oui, à moins d'avoir vécu sous un rocher pendant 20 ans (ça fait long quand même 20 ans), il faudrait être sacrément sourd pour ne pas voir un hommage à peine déguisé à la troupe de feu-Chester. Impossible de ne pas entendre son fantôme sur l'énorme (et on pèse nos mots) "Teardrops" et son refrain du feu de dieu, qui démontera le premier pit qui se présentera à lui, ou encore sur le mid-tempo electro rock "1x1" avec en guest le duo anglais Nova Twins (qui vient juste de sortir son premier album). Et comment ne pas voir un clin sur le titre "Itch For The Cure"(Linkin Park et son interlude "Cure For The Itch" sur [Hybrid Theory]) ? Post Human est aussi un album où la bande fait le plus grand écart au niveau de la diversité des morceaux : l'ouverture furieuse "Dear Diary" qu'on aurait pu retrouver sur Suicide Season (une boucherie comme dirait l'autre) ou encore "Kinslayer" (avec BabyMetal en guest, dont la voix catoonesque m'insupporte), les titres plus mélodiques qui sont du business-as-usual pour eux ("Parasite Eve" et "Obey" feat. la nouvelle sensation Yungblud) pour finir sur la surprenante ballade Tim Burton-ienne "One Day The Only Butterflies Left Will Be In Your Chest As You March Towards Your Death". On peut ne pas aimer Evanescence, mais Amy Lee a quand même une voix magnifique, on ne peut le nier. C'est cheesy à souhait, mais franchement ça vaut malgré tout, le coup d'y jeter une oreille pour les orchestrations et l'échange vocal qui fonctionne vraiment bien. Au final, Post Human: Survival Horror est un retour fracassant qui ne révolutionne en rien leur son, mais qui remet les pendules à l'heure pour certains fans qui auraient lâché l'affaire. Car oui, il y en un peu pour tout le monde ici. On pourra reprocher à certains titres une structure trop similaire et un air de déjà-vu sur certains passages, mais on ne boudera pas notre plaisir tant Bring Me The Horizon sait écrire des morceaux léchés et encore plus contagieux qui le coronavirus. 

3,5/5
Recommandé si vous aimez : Bring Me The Horizon qui aurait bouffé du Linkin Park

Guillaume W. 




Aucun commentaire :