lundi 15 septembre 2014

Chronique : Emarosa - Versus

Nous y voilà ! Nos petits génies d'Emarosa sont de retour, 4 ans après un album éponyme qui referma l'ère Craig. Ce dernier a apporté beaucoup d'originalité à un groupe perdu au milieu de l'océan Rise. Ce mélange de guitares compressées et de voix puissantes aux accents soul aura été une révélation pour ma part. A tel point que je peux encore affirmer aujourd'hui que leurs deux albums sont de véritables pierres angulaires de ma discographie. Vous comprenez donc qu'il aura fallu du temps aux Américains afin de trouver un remplaçant à la hauteur.

Semblants avoir pris goût à ces sonorités plus smoothy, les gaillards ont trouvé leur nouvelle voix en la personne de Bradley Walden (du groupe Squid The Whale). Autant le dire de suite, la voix de Bradley n'est pas aussi complexe et puissante que celle de Jonny. En revanche, il a clairement le potentiel pour insuffler une direction plus mature au groupe. Parallèlement à celà, le groupe continue à délivrer des instrumentaux solides et attirants. Les guitares troquent au passage volontiers un peu de leur compacité d'antan contre du groove. C'est bien là l'essentiel car on s'est vite rendu compte sur le premier album de Slaves que la voix généreuse de Jonny est moins percutante quand elle est accompagnée d'instrumentaux froids. Même si cet album essaye encore d'exploiter un peu le filon (artwork similaire, structures, lignes de chant) on entrevoit de nombreuses pistes encourageantes pour l'avenir. Des tracks de la trempe de "People Like Me, We Just Don't Play" ou encore "A Hundred Crowns" montrent l'étendue du talent du nouveau line-up. Ces pistes plus classiques sont accompagnées de nombreux morceaux plus mid-tempo comme "I'll Just Wait", "Cliff Notes" ou encore "Same Tight Rope" qui sont clairement chargés d'une émotion mélancolique et lumineuse à la fois.

Cette galette est un bon retour plus que cohérent. Mais attention, la grande accessibilité de cette nouvelle livraison qui est une force pourrait se montrer être également sa plus grande faiblesse car on s'en lasse assez rapidement au final. Continuant son développement sur les cendres d'un genre popularisé par leur ancien line-up, Emarosa devra vite sortir un album plus ambitieux et complexe pour maintenir sa fan base en alerte !

3.5/5

Martin G.

01 - People Like Me, We Just Don't Play
02 - American Deja Vu
03 - A Hundred Crowns
04 - I'll Just Wait
05 - But You Won't Love A Ghost
06 - Say Hello To The Bad Guy
07 - Cliff Notes
08 - Mad
09 - Gold Dust
10 - Same Tight Rope
11 - 1996 On Bevard

Facebook Emarosa




Aucun commentaire :