samedi 4 décembre 2010

Interview Exclusive : Title Fight

Si vous me demandiez quel est l'album que j'attends le plus en 2011, je vous répondrais sans doute celui de Title Fight. Ces 4 kids de Pennsylvanie ont mis hardcore kids, emo nerds et gros barbus à chemise à carreaux d'accord avec un mélange d'influences sans faute et une passion et une intégrité en tous points remarquables. Je me suis entretenu avec Ned, bassiste/chanteur du combo, histoire d'en savoir un peu plus sur ces petits anges du hardcore.

English version also available at the bottom of the page.




Romain J. : Salut Ned, merci beaucoup de prendre un peu de ton temps pour répondre à mes questions, comment vas-tu ?

Ned Russin : Je vais bien, merci. Je viens de rentrer de New York hier après que la transmission du mini-van de Stick Together [groupe de youth crew dans lequel Ned joue de la guitare, NDLR.] se soit cassée. Mon corps est un peu endolori de ce week-end mouvementé mais dans l'ensemble ça va.


Title Fight a eu un peu de temps libre après la tournée avec H2O au Japon et avant de démarrer la tournée américaine avec Senses Fail, Bayside et Balance And Composure, avez-vous pris un repos bien mérité ou vous êtes-vous concentrés sur l'écriture de nouveaux morceaux ?

J'aurais bien aimé mais on n'a vraiment pas eu de repos du tout. On répète pratiquement tous les soirs sauf quand on part en camping un week-end ou un truc du genre. On vient d'obtenir une salle de répétition donc on peut jouer jusqu'au petit matin, on y va tous les soirs et on répète.


Le Japon, c'était comment ? Je sais que tu étais très impatient d'aller là-bas.

Ce fut vraiment à la hauteur de mes espérances. Le Japon était l'endroit où j'étais le plus excité d'aller car je me disais que ça serait l'endroit le plus différent des États-Unis culturellement parlant et c'était vrai. Les villes sont gigantesques et remplies de gens, mais c'est aussi calme que le centre ville de Wilkes-Barre [petite ville de Pennsylvanie d'où viennent Title Fight, NDLR.]. Les gens sont très discrets, mais aux concerts ils étaient très contents de nous voir et de voir H2O, ils venaient nous parler et nous le dire, même si leur anglais n'était pas terrible. C'est un autre truc particulier là-bas, la majorité des Japonais ne parle pas vraiment anglais donc c'était fou. Communiquer avec les gens fut assez difficile mais on a pigé comment s'en sortir au bout d'une semaine.


Où en êtes-vous avec le nouveau disque de Title Fight ? Une idée de quand il sortira ?

On s'en sort bien. On n'essaye pas de se limiter à un certain nombre de chansons à écrire donc on continue d'écrire et d'écrire. On veut avoir autant de morceaux potentiels à choisir que possible. On espère enregistrer en décembre et sortir le disque d'ici l'été 2011 mais les choses peuvent foirer comme ça arrive souvent. On a essayé de tout mettre correctement en place et pour l'instant tout s'est très bien passé donc espérons qu'il sortira à temps.


Quelles sont vos motivations avec cet album ? Essayez-vous de nouvelles choses sur les morceaux ?

Nos motivations pour le nouvel album sont les mêmes que pour tous les autres disques que l'on a écrits, c'est à dire écrire des chansons qui nous plaisent. Oui, on essaye vraiment de nouvelles choses, pas tellement de manière ''experimental rock'' ou quoi, mais il y a clairement de nouvelles idées. Bien sûr on est toujours les quatre mêmes personnes pour écrire les morceaux donc vous n'aurez pas droit à un disque de hair metal ou un disque acoustique, mais on essaye réellement de se développer et de progresser.


Il y a eu une certaine confusion autour de The Last Thing You Forget, qui a été considéré comme votre premier album alors que c'était seulement une collection de morceaux que vous aviez sorti par le passé. Ça vous a frustrés ?

Je n'étais pas frustré car j'étais heureux que les gens l'écoutent et en pensent du bien, mais c'était simplement frustrant parce que je ne trouve pas que les premières chansons sur le disque soient clairement différentes. L'idée de tout sortir sur un CD vient de Jeff de Run For Cover Records car le 7'' Kingston et le split [avec The Erection Kids, NDLR.] n'étaient quasiment plus trouvables à l'époque donc il trouvait que c'était une bonne idée de tout sortir sur un même disque.


Vous allez donc maintenant sortir votre véritable premier album. Certains morceaux de The Last Thing You Forget sont assez vieilles maintenant, est-ce que les nouvelles compositions sonnent différemment ? Vois-tu une quelconque évolution dans votre son ?

Je pense qu'on peut voir la progression rien que sur les chansons de The Last Thing You Forget. On a écrit les chansons du split quand on avait 15 et 16 ans et les autres quand on en avait 17 et 18, tu vois ? Rien que ça, c'est une différence énorme. On avait beaucoup plus d'expérience d'écriture et de jeu donc je crois que les morceaux sont simplement meilleures sous tout point de vue, mais on a aussi commencé à essayer des choses différentes. J'aimerais dire qu'il y a une évolution dans notre son, oui. Une progression naturelle. On ne s'assoit pas en se disant ''Quelle est la chose la plus étrange qu'on puisse faire ?'' parce que ça serait stupide et faux. On fait ce qui nous semble bien et ça a pris la forme de trucs comme de lents breaks instrumentaux dans des morceaux comme "Loud And Clear" et une partie de batterie en ¾ pendant que les guitares jouent en 4/4 comme sur "No One Stays At The Top Forever". Juste quelques trucs qu'on a commencé à faire ont, je pense, vraiment changé la dynamique complète des chansons.


Retournons un peu au départ. Peux-tu nous dire comment s'est formé Title Fight ?

Title Fight a démarré quand j'ai rencontré Jamie [chant/guitare, NDLR.] au collège en 2002. On était en sixième, on s'assit à côté et on a commencé à parler de groupes qu'on adorait et de skateboard. Pendant l'année, l'idée de monter un groupe nous est venue car Jamie venait d'avoir une guitare, je crois. On a dit à Ben [batterie, frère de Ned, NDLR.] qu'il serait le batteur, je ne crois pas qu'on lui ait demandé. Et puis on a commencé à écrire des morceaux. On a enregistré une demo en 2003 et on jouait au niveau local. On essayait de jouer autant que possible, mais honnêtement on a dû jouer moins de dix fois entre 2003 et début 2005. On a composé une demo en 2005 qui pouvait utiliser deux guitaristes et à cette époque-là notre ami Shane [guitare, NDLR.] traînait avec nous au studio et apprenait quasiment les chansons donc on lui a simplement proposé de faire partie de Title Fight. On a joué notre release show pour notre demo de 2005 dans une pizzeria à Wilkes-Barre et c'est là que les gens ont commencé à nous prendre au sérieux.


Ben et toi êtes jumeaux, avez-vous grandi en écoutant les mêmes groupes ?

Ouais, bien sûr. On a été exposé à la musique dès le plus jeune âge et on s'y est tous les deux accroché. Quand je découvrais de nouveaux groupes, je les lui montrais et vice versa. On a des goûts musicaux différents mais on se montre toujours l'un et l'autre les groupes qu'on vient de découvrir.


As-tu été introduit dans la scène hardcore par ton frère Alex [chanteur/guitariste de Cold World, NDLR.] ? Quelle place a-t-elle prise dans ta vie ?

Oui, tout à fait. Le premier concert auquel je suis allé était un concert organisé par Alex pour récolter des fonds pour mon cousin qui venait d'avoir un accident de voiture. J'avais 7 ans et depuis j'ai toujours été intéressé et impliqué. A part ma famille et mes amis, le hardcore est probablement la chose la plus importante dans ma vie. Les choses que j'ai apprises à travers la musique ou simplement les expériences de vie aux concerts ont littéralement fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. Je pense que la mentalité hardcore dans son entièreté est vraiment cool. Juste un mouvement underground de kids en majorité qui font des choses pour eux-mêmes et qui se lancent. J'adore le hardcore.


Title Fight a démarré comme un groupe de pop-punk à la Blink-182, penses-tu que vos expériences en tant que fans de hardcore ont aidé à façonner la musique que votre groupe fait aujourd'hui ?

J'étais dans le hardcore avant que Title Fight ne démarre. Ça ne m'intéressait pas autant que maintenant mais l'influence hardcore a toujours été là. Je pense qu'au fil du temps c'est juste une vaste liste de choses qui a changé notre son. On écoutait beaucoup plus de trucs que simplement du hardcore et ça a vraiment transformé la façon dont on écrivait les chansons. Toute la vague 90's des groupes post-hardcore et emo nous a vraiment inspirés. Des groupes comme Jawbreaker, Texas Is The reason, Seaweed, etc. nous ont vraiment donné envie de faire de la musique. Je suis toujours un hardcore kid et c'est pareil pour tous les autres dans Title Fight, mais on ne se limite pas à la simple influence des groupes hardcore ou des groupes punk ou des groupes emo.


Vous pouvez jouer dans des grandes salles avec des groupes pop-punk ou alternative rock très populaires comme New Found Glory, Four Year Strong ou Senses Fail tout comme des concerts hardcore avec des formations plus underground, est-ce quelque chose dont tu es fier ? D'où vient selon toi cette capacité à être entre plusieurs genres et à plaire à des publics très différents ?

Je ne l'ai jamais vraiment vu comme un accomplissement. Je vois chaque concert de la même façon, c'est juste un concert. Jouer de la musique en live est ce que je préfère dans la vie de groupe. J'imagine qu'on peut dire qu'on a cette capacité parce qu'on agit de la même façon, peu importe ce que l'on fait. Juste parce qu'on joue au Bamboozle ne veut pas dire que je vais être là debout, à essayer de tenir parfaitement toutes les notes pour qu'on sonne hyper bien et qu'on impressionne tout le monde, c'est chiant. La musique que l'on écrit est sincère et me fait ressentir des choses qui m'empêchent de rester en place, immobile.


J'ai lu que vous préfériez tous jouer dans des petites salles et que vous n'étiez pas trop à l'aise avec la hype qu'il y a eu autour du groupe. As-tu peur que vous ayez à sacrifier des choses qui comptent beaucoup pour vous ou à passer outre certaines de vos convictions personnelles si Title Fight continue de grossir ? Du style jouer dans des gros festivals sponsorisés, partager la scène avec des gens n'ayant pas la même éthique que vous, vendre votre image aux magazines, devenir une sortie de business avec tout ce qui est management et merch, etc...

Je n'ai pas peur qu'on ait à abandonner certaines choses si Title Fight devient plus gros. Comme je l'ai dit précédemment, on se conduit de la même façon, peu importe avec qui on joue ou l'endroit où l'on joue donc ça ne changera jamais. Qu'on joue avec Led Zeppelin ou avec Cold World, c'est la même chose. C'est notre groupe donc nous prenons les décisions, on ne va pas compromettre quelque chose qui est important pour nous pour faire plaisir aux gens, surtout du style de l'industrie musicale.


Tiens-tu à ce que Title Fight garde une approche Do It Yourself tout au long de sa progression ?

Ouais, bien sûr. L'approche D.I.Y. est une des choses que j'aime le plus dans le hardcore et comme je l'ai dit, c'est notre groupe donc nous prenons nous-mêmes les décisions. On ne va pas laisser un Patrick Duchnoque, P.D.G. de Patrick Duchnoque Records, nous dire qu'on ne peut pas faire quelque chose d'une certaine façon. C'est notre groupe, on fera toujours les choses à notre façon.


Tu es aussi membre du groupe youth crew Disengage, quand le groupe a-t-il été créé et avec quelles envies ?

Le groupe a été créé au mois d'octobre 2008. Je voulais simplement créer un groupe de hardcore qui soit inspiré de mes groupes de hardcore préférés. J'ai lu beaucoup d'interviews de groupes comme Youth Of Today et ils précisent toujours qu'ils voulaient lancer un groupe de hardcore ''générique'' pour redonner vie au straight edge et pour faire quelque chose de différent des groupes mélangeant les styles de l'époque et je trouve ça vraiment cool. C'est exactement ce que je voulais. Monter un groupe qui soit influencé par Agnostic Front et The Abused et aussi straight edge que possible.


C'est toi qui chantes dans Disengage, à quel point est-ce différent de jouer de la basse ? Tu te sens plus libre sur scène ?

J'aime être chanteur. J'aime simplement pouvoir sauter dans le public. C'est vraiment plus libre oui, car je n'ai pas d'instrument en face de moi. Je peux juste faire ce que je veux.


Vous avez sorti votre premier 7'' sur ton label Back To Back Records, peux-tu nous en parler ?

Bien sûr. On a écrit et enregistré notre 7'' Look Back EP en octobre de l'an dernier. C'est sept morceaux en à peu près sept minutes et elles sont rapides, énervées et straight edge. C'était censé sortir sur Collapse Records mais Bob Shedd qui dirige le label, un mec génial, venait de déménager et commencer un nouveau boulot donc il nous a dit que c'était un peu dur pour lui de s'organiser. Ça faisait longtemps que je voulais monter un label donc j'ai décidé de me lancer et de le sortir simplement moi-même avec l'aide de Neil Patel sur Back To Back Records. Le disque est officiellement sorti en juillet et on a peu joué depuis.


Le straight edge semble être une énorme partie de ta vie, comment et pourquoi es-tu devenu straight edge? Qu'est-ce que ça signifie pour toi ?

Ça peut paraître un peu stupide, mais je suis devenu straight edge quand j'avais 7 ans. Mon frère Alex a sept ans de plus que moi, il commençait à s'intéresser au hardcore et au straight edge et je voulais être exactement comme lui. Il m'a parlé du straight edge et ça m'a paru vraiment sensé. J'imagine que tu peux pas être trop sérieux sur le fait d'être straight edge à l'âge de 7 ans mais en grandissant j'ai conservé les mêmes idées et la même morale. J'en ai vraiment appris beaucoup plus sur le sujet en grandissant mais j'ai toujours le même sentiment que lorsque j'en ai entendu parler pour la première fois. Le straight edge est pour moi la chose la plus importante. C'est une décision personnelle que j'ai faite pour moi-même, qui guide ma vie et sur laquelle je ne ferai pas de compromis. Pour moi, ça veut simplement dire avoir le contrôle complet de sa vie.


Dirais-tu que le processus d'écriture avec Disengage est radicalement différent de celui avec Title Fight ?

Le processus d'écriture pour Disengage est un peu l'opposé de celui pour Title Fight. J'écris tous les morceaux de Disengage, les présente au groupe et c'est tout. Pour Title Fight, on travaille chaque petit détail en essayant de les rendre parfaits et on passe des semaines à bosser sur les chansons.


As-tu besoin d'être d'humeur différente pour écrire pour l'un ou pour l'autre ?

Pas vraiment. C'est la même chose pour moi. Même si Disengage et Title Fight sonnent différemment, j'ai la même mentalité vis à vis des deux groupes.


Tu as aussi fait partie de Bad Seed, comment fut ta période dans le groupe? Pourquoi avez-vous splitté, au fait ?

J'ai rejoint Bad Seed très tard dans leur carrière, après que le 7'' soit sorti. C'était juste cool à faire. Je n'étais pas impliqué dans le processus d'écriture ni rien, mais j'aimais les morceaux et j'avais du plaisir à jouer avec eux. Bad Seed commençait à s'affaiblir car Title Fight tournait davanatage et Saba [guitare, NDLR.] et Rifkin [batterie, NDLR.] démarraient leurs nouveaux projets. Puis Rifkin a quitté le groupe et il n'y avait plus vraiment d'intérêt à continuer. Bad Seed a joué un peu sans Rifkin mais il était une grosse part du groupe et c'était bizarre sans lui. Rifkin joue maintenant de la batterie dans Stick Together où je joue également de la guitare et Saba monte deux nouveaux groupes qu'on pourra écouter très bientôt.


Tu es presque tout le temps sur la route. Est-ce quelque chose dont tu as besoin ? Que ferais-tu si tu ne faisais pas partie d'un groupe qui tourne ?

Je n'ai pas besoin d'être sur la route pour être heureux, mais c'est vraiment cool. J'apprécie d'être tout le temps avec mes potes et de pouvoir voir le pays et même le monde. J'ai voulu être dans une groupe depuis aussi loin que je peux m'en souvenir et le fait que je puisse le faire avec mes meilleurs amis ne fait que rendre les choses bien meilleures. Si je n'étais pas dans un groupe en tournée je serais en deuxième année de fac, probablement en train d'étudier et d'essayer de me faire de l'argent pour mes t-shirts et mes disques.


Disengage ne va pas beaucoup tourner, si ?

Non. On va essayer de faire quelques week-ends ici et là mais nous trois qui sommes dans Title Fight sommes un peu crevés et Dan qui joue de la basse et chante aussi dans Cold World a trois gosses donc il est très occupé.


Pour terminer, avez-vous prévu de revenir en Europe d'ici peu avec Title Fight ?

Ouais on va sans aucun doute revenir dans quelque temps. On a beaucoup de trucs à faire aux États-Unis comme terminer le disque et l'enregistrer mais on reviendra bientôt, je le promets.


Okay Ned, merci mille fois. J'espère vous revoir bientôt !

Merci à toi Romain, à la prochaine.






http://www.myspace.com/thewilkesbarrestraightedge
http://www.myspace.com/sticktogetherwb



----------



Romain J. : Hello Ned and thank you very much for taking some of your time to answer my questions, how are you ?

Ned Russin : I'm fine, thanks for asking. Just got back from New York City last night after the Stick Together [youth crew band in which Ned plays guitar, ed.] mini-van's transmission blew. My body feels a little sore from the weekend action but overall I feel alright.


You had some time off after your tour with H2O in Japan and before starting your US tour with Senses Fail, Bayside and Balance And Composure, did you take some well-deserved rest or did you focus on writing new stuff with Title Fight ?

I wish but we really had no rest at all. We have been practicing practically every night unless we take a camping trip or something. We recently got a practice space so we can practice until the wee hours of the morning so we go there every night and write and practice.


How was Japan ? I know you were really looking forward to going over there.

Japan definitely lived up to my expectations. I was most excited about going to Japan because I thought it would be the most culturally different from the US and that was pretty much right. The cities were huge and packed with people and everything, but it was about as quiet as downtown Wilkes-Barre. People kept to themselves, but at the shows they were very excited to see H2O and us and would talk to us and tell us that, even if their English wasn't that great. That's another thing, the majority of Japanese people don't really speak English so that was crazy. Communicating with people was pretty hard but we got the hang of it after a week.


How far have you got with Title Fight's new record ? Any idea of when it will come out ?

We are in pretty decent shape with it. We aren't trying to limit ourselves to how many songs we will write so we just keep writing and writing. We want to have as many songs to chose from as possible. We are hoping to record in December and have the record out by summer 2011 but things can get screwed up as they usually do. We have been trying to get everything to fall into place and things have been going pretty well so hopefully it comes out on time and everything.


What are your motivations with the album ? Are you trying anything new on the songs ?

Our motivations for the new record are the same as any other record that we have written and that is to just write songs that we are happy with. We are definitely trying to new things not so much in an "experimental rock" way or anything, but definitely some new ideas. Of course we're still the same four people writing the songs so you're not going to get a hair metal record or an acoustic record or anything, but we are definitely trying to expand and progress.


There was some confusion around The Last Thing You Forget, which has been regarded as your first full-length when it was only a collection of the bunch of songs you had released in the past. Were you frustrated about it ?

I wasn't frustrated because I was happy that people were listening to it and receiving it well, but it was just frustrating because I don't think the early songs on the record are clearly different. The idea of releasing everything on a CD was Jeff from Run For Cover's idea because the Kingston 7" and the split [with The Erection Kids, ed.] were pretty much unavailable at the time so he thought it would be a good idea to put it all in one place.


So you're now going to release your real debut. Some songs off The Last Thing You Forget are quite old now, does the new stuff sound different ? Do you see any evolution in your sound ?

I mean you can see the progression just from all the songs on The Last Thing You Forget. We wrote the songs on the split when were 15 and 16 and wrote the songs from The Last Thing You Forget when we were 17 and 18, you know ? Just that a lone is a huge difference. We had a lot more experience playing and writing songs so I think the songs are just all around better, but we also started trying some different things. I would like to say that there is an evolution in our sound. A natural progression. We don't sit there and go "what is the weirdest thing that we can put here?" because that would be corny and not real. We do what feels right and that meant things like slow instrumental breaks in songs like "Loud And Clear" and a drum part in 3/4 while the guitars played in 4/4 like in "No One Stays At The Top Forever". Just little stuff that we started doing really changed the whole dynamic of the songs I think.


Let's go back to the beginning for a bit. Could you tell us how did Title Fight come together ?

Title Fight started when I met Jamie [vocals/guitar, ed.] in school in 2002. We were in sixth grade and sat next to each other and started talking about bands we loved and skateboarding. Over the year, we started talking about starting our band because Jamie had just got a guitar or something. Ben [drums, Ned's brother, ed.] was told he was the drummer, I don't think we asked him, and we started writing some songs. We recorded a demo in 2003 and just started playing locally. We would try and play as much as possible, but we honestly probably played under 10 times from 2003-early 2005. We wrote a demo in 2005 that could use two guitarists and at the time our friend Shane [guitar, ed.] had been hanging out at the recording studio and pretty much learning the songs, so we just asked him to be in Title Fight. We played our 2005 demo release show in a pizza place in Wilkes-Barre, PA and that was pretty much the start of people taking us seriously.


You and Ben are twins, did you grow up listening to the same bands ?

Yeah of course. We were exposed to music from a really young age and we both just latched onto it. As I would check out new bands I would show them to him and vise versa. We have a different taste in music but we would always show each other new bands that we just checked out.


Did you get into the hardcore scene thanks to your brother Alex [singer/guitarist of Cold World, ed.] ? How important has it been in your life ?

Yeah of course. The first show I went to was a benefit show that Alex put on for my cousin that got injured in a car accident when I was 7 years old and since then I've just been a interested and involved. Besides my family and friends, hardcore is probably the most important thing in my life. The things I've learned through music and just real life experiences at shows literally made me the person that I am today. I think the entire hardcore mentality is cool. Just an underground movement of mostly kids doing things for themselves and just going off and stuff. I love hardcore.


Title Fight started as a Blink-182-like pop-punk band, do you think your experience as hardcore fans helped shape the music your band makes today ?

I mean I was into hardcore before Title Fight ever started. I wasn't as interested as I am now, but there was always a hardcore influence. I think over time it was just a vast array of things that changed our sound. We listened to a lot more things that just hardcore that really transformed the way we wrote songs. The whole 90's things from post-hardcore bands and emo bands really inspired us. Bands like Jawbreaker, Texas Is The Reason, Seaweed, etc really made us want write music. I'm still a hardcore kid and so is everyone in Title Fight, but we don't limit ourselves to just being influenced by hardcore bands or just punk bands or just emo bands.


You can play in large venues with very popular alternative rock or pop-punk bands like Senses Fail, New Found Glory and Four Year Strong as well as hardcore shows with more underground formations, is it something you're proud of ? What do you think is the reason of this ability to be in-between genres and to please very different crowds ?

I never really though of it as an accomplishment really. I look at every show the same way, it's just a show. Playing live music is my favorite part about being in a band. I guess I can say we have that ability because we act the same way no matter what we do. Just because we play Bamboozle doesn't mean that I'm going to just stand there and try and hit every note just perfectly so we sound perfect to impress anyone, that's boring. The music we write is sincere and makes me feel a certain way and I just can't help but not stand still.


I've read that you all prefer playing in smaller rooms and that you're not too comfortable with the hype that had been going around the band. Are you scared that you might have to sacrifice some things that matter to you or to disregard some of your personal convictions as Title Fight gets bigger ? Like playing big corporate festivals, sharing the stage with people who don't have the same ethics as you, selling your image to magazines, turning into a kind of business with all the management/merch stuff, etc.

I'm not afraid that we would have to give up some things as Title Fight gets bigger. Like I said before, we act the same way no matter who we play with or where we play so that will never change. No matter if we play with Led Zeppelin or with Cold World, it's all the same. This is our band so we call the shots, we aren't going to compromise something that we care about to please people, especially music industry types.


Would you like Title Fight to keep a D.I.Y. approach to things as the band goes on?

Yeah of course. The D.I.Y. approach is one of my favorite things about hardcore and like I said before, it's our band so we call the shots. We aren't going to let some Joe Schmoe, C.E.O. of Joe Schmoe Records, tell us that we can't do something a certain way. This is our band we will always do things our way.


You're also a member of the youth crew band Disengage, when was the band created and with which motives ?

The band was created two Octobers ago and I just wanted to start a hardcore band that was inspired by my favorite hardcore bands. I read a lot of interviews with bands like Youth Of Today and they always state that they wanted to start a "generic" hardcore band to bring straight edge back and to do something different that the crossover bands of the time, and I think that is so cool. I just wanted to do exactly that. Start a band that was influenced by Agnostic Front and The Abused and be as straight edge as possible.


You're the singer, how different is it than playing bass ? Do you feel freer on stage ?

I like being a singer. I just like that I am able to stage dive on people. It's definitely a lot freer because I don't have an instrument in front of me. I just can do whatever.


You released your debut 7'' on your label Back To Back Records, can you tell us about it ?

Sure. We wrote and recorded our Look Back EP 7" one October ago. It's 7 songs in just about seven minutes and they are fast, angry, and straight edge. It was supposed to come out on Collapse Records, but Bob Shedd who runs the label (best dude) had just moved and started up a new job and just said that it was a little hard for him to get everything together. I had wanted to start a label for a long time so I decided to just step in and just release it myself with the help of Neil Patel on Back to Back Records. The record officially came out in July and we have been playing a little bit since then.


Straight edge seems to be a big part of your life, how and why did you become straight edge ? What does it mean for you ?

It may seem a little stupid, but I became straight edge when I was 7 years old. My brother Alex is 7 years older than me so he was just getting into hardcore and straight edge and I wanted to be just like him. He told me about straight edge and it made so much sense to me. I guess you can't really be too serious about being straight edge at age 7, but as I grew older, I carried the same ideas and morals. I definitely learned a lot more about it as I grew up but I still feel the same way that I did when I just found out about it. Straight edge to me is the most important thing. It is a personal decision that I made about myself that I live by and I won't compromise. For me, it just means having complete control of your life.


Would you say the writing process with Disengage is drastically different than with Title Fight ? 

The writing process for Disengage is pretty much the opposite for Title Fight. I write all the Disengage songs and just present them to the band and then that's that. For Title Fight we work out every little detail making sure that it is perfect and spend weeks working on songs.


Do you need to be in a different mood to write for either of them ?

Not really. It's all the same to me. Although Disengage and Title Fight sound different, I have the same mentality towards both bands.


You've also been a part of Bad Seed, how was your time in the band ? Why did you guys split up, by the way ?

I joined Bad Seed really late in the career, after the 7" was out. It was just a fun thing to do. I wasn't involved in the writing process or anything, but I liked the songs and had fun playing them. Bad Seed was kind of winding down because Title Fight was going on tour a lot more and Saba [guitar, ed.] and Rifkin [drums, ed.] were starting their own projects and then Rifkin quit and then it was really just no point in doing the band. Bad Seed went on without Rifkin for a little bit but he had a lot do with Bad Seed so it was weird without him. Rifkin now plays drums in Stick Together which I also actually play guitar in and Saba is starting two new bands that will be out very soon.


You're pretty much always on the road. Is that something you need ? What would you do if you weren't in a touring band ?

I don't need to be on the road to be happy, but it is a lot of fun. I enjoy just hanging out with my friends all the time and just seeing the country and even the world. I wanted to be in a band since I can honestly remember and the fact that I can do it with my best friends just makes it that much better. If I wasn't in a touring band I would be a sophomore in college probably just studying and trying to get money to fuel my t shirt and records.


You're not going to tour much with Disengage, are you ?

No. We are going to try and do some weekends here and there but the three of us in Title Fight are a little tied up and Dan who plays bass and also sings in Cold World has three ibabies so he's really tied up.


To finish, do you have any plans to come back to Europe with Title Fight ?

Yeah we are definitely coming back sometime soon. We have a lot of stuff to get done in America like finishing the record and recording but we will be back very soon I promise.


Okay Ned, thank you do much. I hope to see you again soon !

Thanks to you Romain, see you next time.






http://www.myspace.com/thewilkesbarrestraightedge
http://www.myspace.com/sticktogetherwb



2 commentaires :

Alternativ News a dit…

Sacrément riche cette interview, bravo. Je vois pas comment ceux qui ne connaissent pas encore cet excellent groupe peuvent ne pas y jeter une oreille après çà ! HxC forever :p

Benoît

Alex a dit…

Noël avant l'heure cette interview. GG Ro'.