samedi 16 avril 2022

Chronique livestream : INCUBUS - les 20 ans de l'album Morning View


C'était il y a un peu plus de 20 ans... Morning View, le cultissime quatrième album d'Incubus, voyait le jour le 23 octobre 2001. A cette occasion, les Californiens ont célébré cet anniversaire via un livestream (payant) pile deux décennie après, alors que le monde était privé de concerts à cause de la COVID-19. Un show qui a été récemment uppé sur le Tube de façon inofficielle qui nous donne l'occasion de faire un saut dans le passé avec un plaisir non dissimulé et d'analyser cette performance.

On retrouve donc les cinq musiciens pour un retour aux sources, à Malibu, sur la plage de Zuma Beach, qui fait office au passage de spot photo pour la pochette arrière du disque. Seul Dirk Lance manque à l'appel, parti mi-2002 et remplacé un peu plus tard par Ben Kenney, aujourd'hui à la basse (qui restera d'ailleurs muet dans la présentation de ce film, sûrement par respect et humilité vu que le monsieur n'était pas de la partie à ce moment-là de l'histoire du groupe). 


Un drone survole le lieu de création et d'enregistrement du disque, la somptueuse Stern House sur les hauteurs au-dessus de la route Morning View, si bien qu'il est inutile d'en faire des tonnes en artifice tant le lieu est idyllique à lui seul avec sa piscine, ses grandes baies vitrées, les palmiers... Des grands tapis et quelques gros projecteurs sont disposés dans le grandiose salon, nous voilà prêts à vivre une heure d'exception avec Incubus. 

Évidemment tout le disque sera joué dans l'ordre (mais pas en une seule prise) après une intro inédite annonçant "Nice To Know You". La principale force de ce set est d'avoir su proposer quelques adaptations et autres modifications bien venues aux compositions comme cette coupure au début de "Circles", mais aussi sa fin complètement revue, à la fois plus lente et plus lourde. La DW comme plaquée or de José Pasillas, claque comme le soleil californien sur le megahit "Wish You Were Here", LE tube absolu du groupe, qui sera joué à la note près comme sur la version studio avec un Mike Einziger cheveux longs au vent (d'un ventilateur). 

Le soleil a disparu pour "Just A Phase", ambiance intimiste, tamisée, la guitare acoustique est de sortie, tout comme sur "11AM" qui voit l'ajout de cordes par DJ Kilmore. Les choses s’accélèrent un peu sur "Blood On The Ground", Brandon a tombé la chemise (mais n'est pas nu !), le monsieur s'applique au chant, là aussi légère variation avant de reprendre le refrain et le pont qui est totalement nouveau avec un petit solo de Mike en prime (et ce gros plan sur ses 50 pédales d'effets !). 

Pour la ballade "Mexico", rendez-vous sur la terrasse avec Brandon accompagné pour le coup de Mike à l'acoustique, ainsi que de sa femme, Ann Marie Calhoun qui sublime le morceau avec son violoncelle (et son large sourire). Une version splendide filmée en noir et blanc. Puis retour au salon pour un "Warning" classique, pour ne pas dire conventionnel, puis voilà "Echo" arriver avec ses sonorités asiatiques et ce jeu de caisse claire soutenu. La fin a aussi été ré-interprétée pour un rendu ultra classe où Mike se lâche dans les aigus. 

Sur "Have You Ever", c'est José qui en ajoute (un peu) à la batterie avant qu'on s'ambiance tous sur la phénoménale "Are You In ?" qui mettra un peu plus en avant les scratchs de DJ Kilmore et le groove de Ben Kenney. Dernier coup de fouet avec "Under My Umbrella" qui voit l'ajout de sons électroniques plutôt bien trouvés par Kenney avant que Mike ne s'empare de sa pipa (guitare chinoise que Steve Vai lui a offerte), et ne balance "Aqueous Transmission" en guise de final long de 7 minutes (comme sur l'album). 

Le beau Brandon a pris un peu dans le cornet et ne montre plus son torse, ce dernier restant pudique en marcel, et j'avais un peu peur de sa voix vu les prestations un peu faiblardes dirons-nous des derniers lives vus sur le net. Ici, pas de fausses notes, même pas de problèmes à reprendre chaque morceau, même sur les plus compliqués "Circles", "Under My Umbrella" et surtout "Have You Ever" qui poussera le chanteur dans ses retranchements. Même si les derniers disques n'ont pas eu l'impact de leurs premiers efforts (perso j'ai adoré le tellement décrié If Not Now, When?), Incubus est et restera un groupe phare de la scène nu-rock mondiale et ce concert prouve tout le talent des cinq mecs de la côte Ouest. En plus le son est top et le tout merveilleusement bien filmé avec des fondus qui nous font penser parfois que nous sommes plongés en plein rêve. Même si Make Yourself restera probablement leur meilleur album, il faut bien saluer ce bel hommage rendu à Morning View. Le rendez-vous est pris pour le 3 février 2024, date anniversaire des 20 ans d'A Crow Left Of The Murder...

Sébastian D.

 

2:55 Nice To Know You
9:23 Circles
14:24 Wish You Were Here
17:55 Just A Phase
23:16 11am
27:20 Blood On The Ground
33:08 Mexico
37:30 Warning
42:12 Echo
46:47 Have You Ever
50:05 Are You In?
54:14 Under My Umbrella
57:58 Aqueous Transmission





Aucun commentaire :