dimanche 6 février 2022

Chronique Express : As It Is - I Went To Hell And Back

Du As It Is créé en 2012, il ne reste finalement plus que Patty Walters, chanteur et tête pensante de la bande. La perte de leur guitariste et de leur batteur après leur dernier album, The Great Depression, aurait pu (dû) sonner le glas pour le groupe originaire de Brighton. Mais en fait, pas du tout, puisque voici leur quatrième album, I Went To Hell And Back. Le prédécesseur était quasiment un exercice de style en nous sortant une galette emo 2003, influencé par My Chemical Romance (jusque dans le look du groupe) ou encore Story Of The Year. Bien fait dans l'ensemble mais sans avoir envie de le jouer en boucle, mais plutôt de réécouter les groupes qui les ont influencés. Du coup, quand on met les titres des albums côte à côte, on sent la séquelle pointer le bout de son nez. Si The Great Depression était douloureux, I Went To Hell And Back serait le chemin vers la guérison. Le problème est qu'hormis quelques fulgurances bien rentre-dedans mais ultra prévisibles, on navigue en eaux troubles. "IDGAF" fait clairement le lien entre les deux albums avec le refrain le plus chargé en guitares, avec le single "I MISS 2003" (avec ces références à environ 1500 groupes dont ils sont fans) et "I WANT TO SEE GOD" (qui sonne comme une Face-B de The Great Depression d'ailleurs). Rien de mauvais, mais rien de marquant non plus, à l'image du reste du disque d'ailleurs. Car il faut imaginer que là on est dans le haut du panier : "I HATE ME TOO" et "I LIE TO ME" sonnent comme du A Day To Remember dernière génération, "ILY HOW ARE YOU", "I'D RATHER DIE"  ou encore "IN THREES" jouent sur des parties électro franchement pas intéressantes et le reste de la galette ne décolle jamais vraiment. Sans une identité sonore affirmée, on sent que la bande a saupoudré un peu de tout partout (du la pop-radio aseptisée, de l'emocore, du pop-punk, de l'électro) pour que tout le monde soit content (le morceau-titre est du Charlie Puth, ni plus ni moins). Sauf que non, tout le monde ne sera pas content car à l'écoute de ce disque, on est aussi allé en enfer mais bordel on espère pouvoir en sortir indemne, car ce disque est d'un ennui sans nom. On met souvent en avant le facteur nostalgie quand on parle de pop-punk ou d'emo. On est d'accord que cela joue énormément dans la perception d'un groupe ou d'un disque. Mais As It Is ne se donne même pas la peine d'essayer d'aller plus loin que le bout de son nez. L'artwork pas très fin et cliché au possible, les titres en lettres capitales, les acronymes pour collégiens en manque de sensations, des textes que l'on espère honnêtes mais d'une niaiserie mortelle, à tel point qu'il est difficile d'aller au bout du disque sans grincer des dents et même se prendre la tête dans les mains de dépit (oui à ce point). Seuls quelques titres parviennent à sauver un ensemble bien décevant, et surtout I Went To Hell And Back ne donne pas envie de se replonger dedans, mais de passer à un autre disque. Et en général, c'est mauvais signe. Aussi écouté, aussitôt oublié. NEXT !

2/5
Recommandé si vous aimez :
A Day To Remember dernière période, Good Charlotte, Imagine Dragons

Guillaume W. 





Aucun commentaire :