samedi 24 avril 2021

Chronique : Paerish - Fixed It All

Paerish
, c'est un quatuor parisien qui avait fait forte impression avec son premier long jeu fin 2016, Semi-Finalists. A l'époque, si l'album avait été produit maison, ils avaient déjà eu le nez creux en confiant le mastering au gourou de la scène shoegaze-grungy (mais pas que), Will Yip. Fixed It All va plus loin, et a mis les petits plats dans les grands puisque cette fois-ci direction les USA, Philadelphie plus précisément. Et puis, tant qu'à aller à Philly, autant se faire produire par le maître en la matière. 

Et cela ne trompe pas, puisque dès le riff d'intro du morceau-titre, on jurerait être sur un disque de Nothing, et bordel, ce n'est pas un petit compliment. Grungy avec des passages shoegaze, des guitares énormes et une section rythmique aux petits oignons. La suite ne se fera pas prié puisque la bande ne faiblit pas d'un pouce : "Archives" (et son superbe refrain), l'énorme "Journey Of The Prairie King", la mid-tempo "Albert Suffers" (un des plus beaux titres de l'album où on reconnaît l'influence des Smashing Pumpkins période Siamese Dreams) ou encore l'énervé "412". Mais Paerish sait aussi incorporer des influences plus pop sur certains morceaux, ne serait-ce que pour varier les plaisirs, comme en témoignent "Mike + Susan", ou encore "Violet" et "Water Doctor" qui font penser à un croisement entre Weezer et The Pixies. 

Et puis comme on ne néglige rien, on a aussi droit à un featuring du chanteur des excellents Movements sur "You & I" et Fixed It All se clôt sur la plus belle des manières avec "Hollow" qui reprend tous les ingrédients de la galette dans un seul et même morceau : lourd, mélodique et émotionnel. Que demander de plus ? 

Fixed It All est un disque moderne (ça ne sonne jamais daté) et nostalgique à la fois (on se revoit au lycée avec notre discman anti-shock 45 secondes bien calé dans le Eastpack). Comme beaucoup de groupes, ils ont puisé dans leurs influences adolescentes (celle des 90's) et y ont incorporé des sonorités proches des groupes avec lesquelles ils partagent la scène d'aujourd'hui. C'est aussi un album dans l'air du temps, hyper bien construit, accrocheur comme il faut, et bien évidemment produit à la perfection. Oui, bien sûr, d'autres groupes ont sorti et continueront à sortir des albums dans le genre, et oui, on sent leurs influences. Mais quel sens de la mélodie, et quel songwriting affuté ! Et puis, on n'est pas peu fier de se dire que c'est un groupe français, qui non seulement sonne à l'américaine, mais surtout et c'est assez rare pour être souligné, sonne aussi bien que les groupes américains. Si ce n'était pas déjà fait, on ne saurait trop vous conseiller de jeter une oreille, et même carrément les deux, à ce Fixed It All, car il y a de fortes chances qu'il se retrouve très bien placé dans les tops de fin d'année. Avec une galette de cette qualité, c'est même une évidence. 

4/5

Recommandé si vous aimez : Nothing, Superheaven, Title Fight

Guillaume W. 





Aucun commentaire :