dimanche 4 avril 2021

Chronique Express : Erra - S/T

Erra is back baby! Trois ans après Neon, le quintet de l'Alabama est prêt à lâcher son cinquième album, éponyme celui-ci. Pas besoin de plus de quelques secondes pour reconnaître Erra : des guitares techniques, du tapping, des mélodies atmosphériques, un échange voix claire / voix hurlée à s'en péter la jugulaire, et des refrains qui font dresser les poils du cul (même si on n'en a pas d'ailleurs) et des breaks tout en 0's qui sont capables de défoncer tout un pit. En clair, Erra fait du Erra, un mélange de metalcore, de post-hardcore et d'emocore, avec une louche de progressif (les fans de Tool comprendront). Mais sur cette nouvelle livraison, la bande met encore plus en avant Jesse et sa voix claire tout simplement sublime. D'ailleurs, on sent que le projet solo du bonhomme, Ghost Atlas a eu une grosse influence sur ce disque, car sa touche est flagrante sur un paquet de titres. Prenez la triplette d'ouverture, "Snowblood", "Gungrave" et Divisionary", et vous avez le son Erra. C'est burné et puis ça vous cajole, et cette complémentarité vocale et vraiment LA force de la bande, tant c'est maîtrisé. Capable de coup de sang sur "House Of Glass", "Scorpion Hymn" (ce break !), "Eidolon" (et son riff Killswith Engage-esque) ou de passages entièrement mélodiques (ses guitares bon sang de bois) sur "Electric Twilight" ou la superbe "Vanish Canvas". Et ici, Erra réussit presque à gommer son principal défaut : le manque de variété au sein même de leurs albums. Ces 11 nouveaux morceaux sont les plus catchy de la carrière du groupe et si Saosin est en pause plus ou moins forcée depuis quelques temps, son remplaçant est tout trouvé ("Memory Fiction" qui clôt le disque en est une preuve de plus, tout en voix claire et en émotion). En plus rentre dedans, c'est un fait. Si les fans de la première heure reprochent justement cette tournure beaucoup plus mélodique, comment leur en vouloir quand c'est si bien foutu ? La technique n'écrase jamais la mélodie et on n'est pas dans la bête branlette de manche juste pour faire dans la démonstration. Ce S/T est accrocheur et bourrin, et un régal pour les oreilles. 

4/5
Recommandé si vous aimez :
Saosin qui auraient jammé avec Underoath


Guillaume W.  





Aucun commentaire :