mardi 13 octobre 2020

Chronique Express : Movements - No Good Left To Give

Dire que ce deuxième album de Movements était attendu relève du doux euphémisme, trois ans après avoir été révélés au grand public avec leur fantastique Feel Something. Un premier album absolument incroyable et essentiel. Des guitares qui vous ravagent de l'intérieur, des mélodies qui vous hantent encore bien après l'écoute, bref indispensable et surtout, déjà un classique de la scène. Du coup, la question qui était sur toutes les lèvres était  simple : comment faire pour survivre à un disque quasi parfait ? La réponse est simple en fait : en prenant son contre-pied presque complet. Là où Feel Something était urgent et viscéral, No Good Left To Give, prend plus sont temps et joue encore plus sur les atmosphères. ''In My Blood", s'ouvre sur une ligne de basse simple et entêtante, et dès l'entrée de la voix, on sait pertinemment que la baffe est proche, et cette montée en puissance sur le pont vous procurera des frissons pas possibles. L'émotion est omniprésente et ce sera le fil rouge de cette deuxième livraison. ''Skin To Skin" a la lourde tâche de succéder à cette ouverture parfaite et ce refrain imparable et plein de douleur mettra encore une fois tout le monde d'accord. Et bordel de merde, les titres se succèdent et on l'impression de découvrir des choses à chaque écoute. "Tunnel Vision" aurait pu être sur le dernier album de Thrice que personne n'aurait rien à y redire avec ce refrain hurlé, "Garden Eyes", "Santiago Peak" et "Moonlight Lines" sont trois morceaux d'emo-rock urgent, direct et catchy à souhait tandis que "Don't Give Up Your Ghost" et "12 Weeks" se la jouent plus alambiquées, toujours avec cette même tension sous-jacente. Et comment ne pas parler de l'enchainement du morceau-titre qui fond dans "Love Took The Last Of It", qui clôt bien entendu parfaitement No Good Left To Give, en mixant tous les ingrédients chers à la bande. On ressort sonné de cet album, tant l'émotion est à fleur de peau et les morceaux plus prenants les uns que les autres. Et au final, même si l'urgence est plus en deuxième lame, No Good Left To Give est tout aussi viscéral que son prédécesseur et en est le parfait complément. Movements vient de sortir un des plus beaux et l'un des plus incontournables disques de cette année 2020 et confirme, encore si besoin était, qu'ils sont un des groupes les plus doués de la scène. Absolument indispensable. 

4,5/5

Recommandé si vous aimez : Balance & Composure, Pianos Become The Teeth, Thrice

Guillaume W. 





Aucun commentaire :