samedi 13 juin 2020

Chronique Express : New Found Glory - Forever And Ever X Infinity

A l'heure où Sticks And Stones fête ses 18 ans (sorti le 11 juin 2002), New Found Glory sort son 10ème album, Forever And Ever X Infinity. 15 morceaux pour 48 minutes... Et là première question à se poser est cella là : A t-on besoin d'un album de 15 titres du groupe en 2020 ? La réponse est non. Attention, cela ne veut pas dire que l'on n'aime plus la bande à Quentin (Tarantino), pardon, Jordan. Mais il faut bien avouer que cela fait quand même quelques albums que le groupe navigue à vue. Depuis Ressurection en 2014, le mode pilote automatique a été enclenché avec un album qui essayait de revenir aux sources, sans y parvenir car clairement pas assez accrocheur. Makes Me Sick tentait le coup ultra poppy bourré de claviers, et franchement c'était réussi. Pas sur tout le disque, mais la volonté de proposer quelque chose de neuf avait fonctionné, mais moins pour les fans qui l'ont boudé. Du coup, patatra, réaction à nouveau, Forever And Ever X Infinity tente le retour aux sources aka un pop-punk dont ils ne sont qu'une poignée à en avoir le secret, plein d'été, de coeurs brisés et de grosses guitares. Cette 10ème livraison se voudrait le juste milieu entre Sticks And Stones et Catalyst (un album largement sous-estimé d'ailleurs au même titre que Coming Home). ''Shook By Your Shaved Head'' et Himalaya" s'ouvrent sur deux gros riffs bien branlés il faut l'avouer et envoient du gros BPM. Ça fonctionne, mais malgré tout, on a ce sentiment mitigé que la bande n'offre vraiment rien de nouveau ici, et qu'elle a voulu faire plaisir aux fans de toujours. C'est louable, et il est vrai que la première moitié du disque fait le job entre passages ultra rapides et bien catchy (''Greatest Of All Time, l'un des meilleurs morceaux de la galette avec une référence aux dexuième Three-peat des Bulls de Jordan, Rodman et Pippen), tandis que ''Nothing To Say'' fait office de Face-B de Radiosurgery, et que ''Stay Awhile'' recycle/pique le refrain à ''All Downhill From Here". La deuxième moitié de l'album est du coup plus difficile à digérer, de la ballade cheesy (vraiment trop) ''More And More'' (et sa référence à Face Time) aux morceaux rapides et moins catchy, où seuls ''The Way You Deserve'' et "Slipping Away" (très beau mid-tempo de clôture) tirent leur épingle du jeu. C'est maigre, il faut bien l'avouer. Et si Forever And Ever X Infinity est loin d'être un mauvais album, il n'apporte rien et hormis le fait de nous donner de nous replonger dans Sticks And Stones ou Catalyst, c'est un disque sur lequel on ne reviendra que très peu.

3/5
Recommandé si vous aimez :
le pop-punk, la nostalgie, l'été et les paroles pour ados boutonneux

Guillaume W. 




2 commentaires :

Rony035 a dit…

Dur critique pour moi le fan de toujours. J'ai envie de dire est ce qu'ils peuvent faire autre chose que ce qu'ils font ? Ils ont bien essayé de changer mais beaucoup de fans on boudé le changement dont j'en fais parti. Pour moi ils ont fait leur temps comme blink 182. Seul Sum 41 à réussi à tirer leurs épingle du jeu en proposant des albums plus proches du métal. Mais NFG Blink 182, good Charlotte et même simple plan ont bcp de mal à s'extirper de leur étiquette de bande pop punk.

Anonyme a dit…

Cet album est excellent, c'est ce qu'on attends de NFG ! Un son délibérément voulu par les fans, pour les fans ! NFG Rules.