jeudi 26 mars 2020

Chronique Express : Higher Power - 27 Miles Underwater

Deuxième album pour le quintet de Leeds, Higher Power. Et le moins qu'on l'on puisse dire, c'est que ce disque est un joyeux bordel. 27 Miles Underwater mélange les styles et les saveurs : hardcore 90's, néo-metal, metal alternatif et grunge. Trois ans après un Soul Structure plus que prometteur, mais un poil brouillon, cette fois-ci, les cinq ont mis les petits plats dans les grands : signature chez Roadrunner Records et surtout Gil Norton aux manettes. Juste le type qui a produit The Colour And The Shape des Foo Fighters, Doolittle, Bossanova et Trompe Le Monde des Pixies ou encore Futures de Jimmy Eat World. Pas un peintre donc. Et bon dieu, ça sonne gros ! Et le premier truc qui m'a sauté aux oreilles, c'est la voix de Jimmy, caméléon, entre screams et voix hyper mélodique un poil nasillarde. ''Seamless", qui fait office d'ouverture de la galette (et d'où vient le nom de la galette), montre l'étendue des influences du groupe: riffs néo en diable, cris sur le couplet hardcore 90's typé Snapcase (d'ailleurs cette voix y fait terriblement penser, quel groupe sous-estimé d'ailleurs auquel Turnstile a absolument tout piqué !)  un refrain Deftones-ien en diable, et bim, ça fonctionne. ''Shedding Skin'' et ''King Of My Domain" (et son solo) changent leur fusil d'épaule en prenant le parti d'aller vers Seattle et Alice In Chains en particulier avec un refrain hyper bien branlé, précédé d'un couplet néo comme il faut. Et à nouveau, contre toute attente, ça marche du tonnerre. ''Lost In Static'' et l'excellent ''Rewire (101)" accélèrent le tempo tout en restant accrocheurs comme pas possible avec cette basse qui cogne. Moment de répit  avec la ballade grungy ''In The Meantime" et son côté unplugged d'Alice In Chains, avant de repartir de plus belle pour finir en boulet de canon. 27 Miles Underwater est tout simplement l'album le plus 90's que vous écouterez en 2020 (jusqu'à l'artwork d'ailleurs). Mais là où les lads sont forts, c'est qu'à aucun moment on ne se dit que cela sonne daté. On pourra reprocher le manque de variété sur certains morceaux, mais bon sang, ce disque est bien pensé. Cette deuxième livraison est une réussite qui parvient à faire passer un mix pas forcément digeste dans un morceau de 3 minutes haut la main. Influencé certes, mais une bonne baffe dans la tronche, rentre dedans, tranchant et ultra catchy. 

4/5
Recommandé si vous aimez : Deftones, Snapcase (et pas les copieurs de Turnstile), Alice In Chains, Filter

Guillaume W. 




Aucun commentaire :