dimanche 17 mars 2019

Live Report : Palaye Royale @ Point Ephémère, Paris - 12/02/2019

Lors de son dernier passage dans la capitale fin septembre, Palaye Royale avait fait escale au Supersonic pour un concert gratuit. Ce 12 février 2019, le groupe était de retour au Point Ephémère et faisait face à une marée de fans en délire ! Retour sur cette soirée dans la suite du post.

Le coup d’envoi de cette soirée fut donné par The Haunt: AnastasiaMax, un duo de frère et sœur originaire de Floride, Max et Anastasia. Sur scène, ils sont accompagnés de deux musiciens live qui les suivent sur les tournées. Nous avions déjà pu voir la formation sur scène au Supersonic quelques mois plus tôt, en compagnie de nuls autres que… Palaye Royale, justement. Il faut croire qu’on a là un combo gagnant !
The Haunt se retrouve face à un public très indulgent et relativement facile à motiver : les fans se mettent sans tarder dans l’ambiance de la soirée, un certain nombre d’entre eux connaissant déjà certains morceaux proposés par la formation.

C’est ensuite au tour de Flash Forward de monter sur scène après un rapide changement de plateau. Ce sympathique quatuor allemand nous séduit en un clin d’œil avec son énergie communicative et ses rythmes entraînants. Sourires aux lèvres, les membres du groupe tentent de baragouiner quelques phrases en français – ce n’est pas hyper concluant, mais franchement c’est l’intention qui compte et ils mettent tellement de bonne volonté qu’on est bien forcés de les applaudir.
Au niveau des morceaux, c’est un peu la même chose : leur rock alternatif n’a rien d’exceptionnel ou de novateur, mais ça fait tout à fait l’affaire ! Le public accroche plutôt bien, les musiciens sont à fond, et le chanteur se permet même un petit bain de foule – autant vous dire qu’on s’éclate pas mal par ici. 


Environ une demi-heure plus tard, les Allemands quittent la scène et les techniciens retirent le drap qui couvrait les immenses lettres lumineuses au nom du groupe de tête d’affiche, derrière la batterie. En voyant le nom « Palaye Royale » s’illuminer, les fans se mettent à hurler de façon stridente… ce qui nous surprend un peu. Mais, en effet, quand on regarde de plus près, la moyenne d’âge n’est pas très élevé, le public est majoritairement féminin et fait preuve d’un enthousiasme non dissimulé.


On vous laisse imaginer les cris au moment où le groupe entre en scène ! D’ailleurs, le set commence sur les chapeaux de roue avec "Don’t Feel Quite Right, les fans et moins fans connaissent donc tous le morceau sur le bout des doigts. Les musiciens arborent leur look habituel et semblent ravis d’être de retour sur une scène parisienne.


Certains titres comme "Death Dance" ou "Teenage Heartbreak Queen" entraînent des réactions encore plus enthousiastes du côté des fans, et on repère plusieurs pancartes dans les premiers rangs (et plusieurs objets qui volent sur la scène : une rose, une peluche, plus une multitude de cadeaux non-identifiés). L’engouement pour Palaye Royale nous rappelle vaguement celui des jeunes Français(es) pour Tokio Hotel, dix ans auparavant. Les musiciens en jouent et Remington Leith, le chanteur, en profite pour se donner en spectacle – comme à son habitude, il escalade toutes les surfaces qu’il est possible d’escalader autour de lui, il ne rechigne devant aucun bain de foule, ce qui ravit les fans !


Le tube "Mr. Doctor Man" est repris en chœur par la totalité de la salle (à l’exception peut-être des quelques parents présents, trop occupés à surveiller leur progéniture au milieu de la foule), puis "Ma Chérie" a une connotation toute particulière ce soir, Remington prenant la peine de préciser que c’était particulièrement drôle de jouer ce titre sur le sol français.


Après avoir promis de revenir bien vite, le groupe prend congé et quitte la scène, laissant ainsi le Point Ephémère se vider. Les fans restent cependant dans les parages : hors de question de manquer l’occasion de croiser leurs idoles entre la salle et le tourbus !
Pour notre part, nous avons passé un bon moment – ce n’était pas le concert de l’année, certes, mais c’était un concert où le groupe avait plaisir à être sur scène et les fans avaient plaisir à être là, donc que demander de plus ?


Thank you to Sam from KINDA Agency

Texte : Laurie B.
Photos : Chloe Rose






Aucun commentaire :