jeudi 31 janvier 2019

Live Report : Architects + Beartooth + Polaris @ L'Olympia, Paris - 27/01/2019

Le dimanche, même sous la pluie et le froid, ça peut être cool parfois : c’était le cas ce 27 janvier où nous avions rendez-vous à l’Olympia de Paris avec Architects, mais aussi Beartooth et Polaris. Une affiche très prometteuse dont nous allons nous souvenir longtemps !

Ce sont les Australiens de Polaris qui donnent le coup d’envoi de la soirée à 20 heures, face à un parterre déjà impressionnant. Les Parisiens se sont déplacés en masse pour l’un de nos premiers concerts de l’année, et ils ont bien raison de l’avoir fait !

Les amateurs de Polaris sont nombreux dans la salle et l’ambiance ne tarde donc pas à décoller. Ce groupe au potentiel incroyable a déjà fait ses preuves aussi bien sur scène qu’en studio, c’est donc un plaisir de les retrouver face à nous et un choix très judicieux d’Architects de les avoir invités sur cette tournée.
Au programme pour la vingtaine de minutes qui suit : des extraits de The Mortal Coil et… c’est tout. Six morceaux, tous extraits du dernier album du groupe sorti en 2017. Les musiciens débordent d’énergie et le charismatique Jamie Hails, au chant/scream, attire tous les regards. Derrière sa basse et son micro, c’est Jake Steinhauser qui se charge du chant clair, avec brio d’ailleurs.

Tout est très propre, bien réalisé et entraînant à la fois ; un plaisir pour le public ! Mais ce petit moment en tête à tête avec les Australiens est un peu court, et on est comme coupés dans notre élan quand le frontman annonce, juste avant d’interpréter "Lucid", qu’il s’agit du dernier morceau.


Mais nous avons à peine le temps de souffler que le deuxième groupe fait son entrée sur la belle scène de l’Olympia. Ce sont nuls autres que Beartooth que nous retrouvons ce soir-là ! Caleb Shomo et sa bande sont en grande forme – comme à chaque fois – et il leur suffit d’un claquement de doigts pour se mettre le public dans la poche.

Les Parisiens les attendaient de pied ferme et le font savoir. Dès les premiers accords de "Bad Listener", la fosse semble entrer en ébullition et cela ne fait qu’empirer (si on peut dire ça comme ça) avec les tubes "Hated" et "Aggressive", repris en chœur par les fans. On sent néanmoins que les morceaux les plus anciens sont acclamés avec davantage de ferveur que les nouveaux, extraits de leur album Disease.

Le batteur Connor Denis, qui a intégré le groupe en 2016, se retrouve pendant un moment seul sur scène et nous offre un solo décoiffant. C’est plutôt rare pour un groupe de support de choisir d’intégrer un tel moment dans un set raccourci, mais cela plaît aux fans, qui sont d’autant plus enthousiastes quand les autres musiciens reviennent sur scène.

L’incontournable "In Between" est scandé par toute la salle, les moshers s’en donnent à cœur joie, et tout le monde semble prendre son pied aussi bien dans la foule que sur scène. Un set trop court, encore une fois, mais qui avait néanmoins le mérite d’être plus long que celui de Polaris et un excellent moyen de nous amener jusqu’au clou du spectacle.


Car arrive – enfin – l’heure d’accueillir les patrons de la soirée. Architects, c’est le groupe qu’on a beau avoir vu quarante fois en live, ça file toujours des frissons de le revoir. Quand les lumières s’éteignent, l’enthousiasme des fans se mesure au niveau des décibels qui explose tous les compteurs. 

Les musiciens prennent place sur scène sous les ovations avant de lancer "Death Is Not Defeat" puis "Modern Misery", deux extraits du nouvel album du groupe, Holy Hell. Les jeux de lumières sont bluffants dès les premiers instants et continueront de nous scotcher tout au long du set. Tout semble calculé au centimètre près, y compris les – très rares – déplacements des musiciens. Ce qui aurait pu nous sembler un peu monotone nous montre en fait à quel point le groupe n’a pas besoin d’en faire des tonnes pour captiver ses foules, et c’est peut-être d’autant plus impressionnant.


Sam Carter nous livre une prestation incroyable – comme à son habitude, certes, mais cela n’en reste pas moins appréciable. Quand, à certains moments, il pourrait paraître un peu fatigué, cela se ressent uniquement sur les parties de chant clair (et encore), comme pour "Royal Beggars" où il invite le public à chanter pour lui.

Les fans sont ravis de retrouver "Gravedigger" sur la setlist et le font savoir. Le sol de l’Olympia ne semble plus super stable, tout d’un coup, et on remarque pas mal de mouvement dans le pit. On enchaîne avec un nouveau morceau, "Mortal After All", et l’engouement reste le même, idem pour "Downfall" et l’incontournable "Naysayer". Décidément, les fans d’Architects tiennent sacrément la route ! Sur scène, les musiciens y sont réactifs et semblent très touchés par tant de dévouement.

Nous avons même droit à "These Colours Don’t Run", un extrait de l’album Daybreaker paru en 2012, et cela ravit les fans de la première heure (qui n’aurait cependant pas dit non à un titre de Hollow Crown, mais on se contentera de ce que le groupe veut bien nous donner). L’enchaînement de "A Match Made in Heaven", "Hereafter" puis "A Wasted Hymn" vient clôturer le set et le groupe quitte la scène sous des acclamations assourdissantes et amplement méritées.

 

Bien entendu, Architects ne peuvent pas partir comme ça et refont leur apparition quelques instants plus tard, visiblement touchés par leur public parisien, et c’est loin d’être fini, car la plus grosse séquence émotion reste à venir. Pour clôturer la soirée, nous avons droit à "Memento Mori", "Gone With The Wind" et "Doomsday", trois morceaux directement liés au regretté Tom Searle. Autant vous dire que s’il y a bien un moment où la foule doit montrer son amour au groupe, c’est maintenant, et elle l’a bien compris.

De longues minutes d’applaudissements et d’acclamations viennent saluer le « T//S » entouré d’un cœur qui s’affiche sur l’écran géant en fond de scène. Les musiciens ont l’air remués par tant d’ardeur de la part des Parisiens et se mettent eux aussi à les applaudir en retour. Ce dernier quart d’heure restera le moment fort du concert, où nous avons – avouons-le – tous senti les larmes nous chatouiller les yeux.

Quand arrive l’heure des au revoir et que l’on reprend le chemin de la sortie, on sait que la soirée que nous venons de passer restera gravée pour longtemps, et qu’on retournera tous voir Architects lors de leur prochain passage dans la capitale sans se poser la moindre question.

 Même chose pour Beartooth et Polaris d’ailleurs ; s’ils n’étaient pas les stars de la soirée, ils ont tout de même réussi à briller et à nous offrir des performances mémorables. Une bien belle affiche dans une belle salle, que nous aurons a priori le plaisir de retrouver dès le 4 février pour Parkway Drive !

Un grand merci à Céline et Margaux de Live Nation.

Texte : Laurie B.
Photos : Mathilde M.






Aucun commentaire :