mercredi 5 décembre 2018

Chronique Express : Jesus Piece - Only Self

Il y avait légèrement de quoi douter à la base. Voir un copain de cour de récréation de Varials (le Philly's finest du beatdown) endorsé par une prestigieuse maison de disque spécialisée dans les musiques pessimistes, c'était pas nécessairement une évidence. Surtout quand ledit copain remplit tous les critères du profil type Rise Records et que ladite maison de disque a bâti une bonne partie de sa réputation sur des noms tels que Khanate, Burning Witch, Toadliquor, Thorr's Hammer (je vous épargne la liste complète bien que très fan de la grande majorité du catalogue !) et qu'elle semble aujourd'hui nettement plus branchée par le néo-crust et le stenchcore (cf. The Secret, Dead In The Dirt, Black Breath...) que par de potentiels nouveaux petits cousins d'Harm's Way et Code Orange... Enfin on balance ça... Comme s'il s'agissait là aussi d'une évidence, ou comme si fréquenter les mêmes plateaux conférait fatalement le même pedigree. Parmi les grandes vérités du jour, la première c'est que Jesus Piece dissimule sous sa saillante musculature une noirceur d'âme nettement plus prononcée que les deux groupes cités à l'instant - j'en veux pour seule preuve ce morceau ("II") de funeral deathcore à la croisée de Jesu et The Red Chord. La seconde vérité, c'est qu'il n'y a aucune évidence avec Jesus Piece, ni stylistique, ni narrative, ni rien, si ce n'est celle de vous mettre une nouvelle branlée à chaque nouveau virage. Enfin, la troisième grande vérité, c'est qu'on rarement vu et/ou entendu chez un nouveau venu une telle hybridité et une telle passion. Et même si les influences s'entrechoquent plutôt qu'elles ne s'encastrent, on ne peut que s'incliner devant cette bande de jeunes turbulents talentueux, qui sont parvenus à faire cohabiter sous le même toit sinistré The Dead Walk de The Acacia Strain et le Croatoan de Starkweather, entre pure démonstration de force et malaise reptilien.

3,5/5
Recommandé si vous aimez :  Code Orange, The Acacia Strain, Jesu

Nacho
https://intraveinoise.blogspot.com/






Aucun commentaire :