lundi 19 novembre 2018

Chronique : The Smashing Pumpkins - Shiny And Oh So Bright, Vol.1, No Past. No Future. No Sun

Les Smashuing Pumpkins version 2018 ! L’album de la reformation ! Ça y est ! Bon certes, sans D’Arcy, mais avec Jimmy Chamberlain et James Iha. Le sieur Corgan se serait-il radouci et accepterait-il enfin l’idée que les autres membres peuvent aussi lui apporter des choses dans les compositions et non plus seulement servir de faire-valoir en live et les virer comme des malpropres en studio parce qu’ils ne sont pas assez bons musiciens selon lui ?

Alors oui, on est super content de retrouver un album des
citrouilles, qui plus est dans une formation qui n’a plus cohabité depuis près de 20 ans. Mais bon, il faut savoir raison garder. Déjà, 8 petits titres pour à peine plus d’une demie heure de musique, on repassera. Sachant que Billy Corgan est capable de sortir des albums dans son sommeil et de composer 25 000 chansons en aussi peu de temps qu’il ne faut pour le dire, on ne peut s’empêcher d’être un poil déçu et hésitant. Il y a toujours la voix de Billy, envoutante pour certains et proprement insupportable pour d’autres. Depuis le temps de toute façon, si vous n’avez jamais été fan, ce n’est pas en 2018 que cela changera.

Après une écoute, un constat s’impose. Pas réellement de guitares rentre dedans, on reconnaît la patte de Chamberlain sur quelques morceaux, mais son jeu est devenu bien plus passe-partout et inoffensif. Il y a bien quelques passages bien rentre dedans sur "Solara" et "Marchin’ On". Et c’est à peu près tout au final. Est-ce grave ? Non, car le groupe a toujours réussi à nous enchanter et nous bouleverser avec de superbes ballades. Ici, il y a bien ce type de morceaux. "Slivery Sometimes" qui tente de nous refaire le coup du hit "1979" et ça fonctionne franchement bien. Il s’agit d’ailleurs d’un des meilleurs morceaux de la galette avec la très belle "With Sympahty". "Travels" suit la même voie avec une bien belle mélodie mais elle est finalement trop longue et répétitive. On aurait pu craindre le pire avec la médiocre (en étant très généreux) "Knights Of Malta", qui en plus, fait office d’ouverture de l’album. 

8 morceaux seulement donc, et on se dit quand même que merde alors, c’est vraiment ça les 8 meilleurs chansons qu’ils ont réussi à composer ? Et bien, bon sang de bois, si cette nouvelle livraison n’est pas mauvaise en soi, aucun des morceaux n’arrive ne serait-ce qu’au gros orteil de leurs précédentes livraisons. On ne leur demande pas de ressortir un "Today", un "Bullet With Butterfly Wings" ou un "For Martha", mais quand même, on était largement en droit d’attendre mieux après tout ce temps. Sans être un mauvais disque, il ne comblera en aucun cas l’attente des fans. Au vu des forces en présence, le doute n’était même pas permis, et au final, Shiny And Oh So Bright, Vol.1, No Past. No Future. No Sun est une semi-déception. Billy a déjà promis un album pour 2019. Même si on est hyper heureux de les retrouver, on l’attendra bien plus fébrilement, c’est une certitude. 

3/5 

Guillaume W. 




Aucun commentaire :