mercredi 11 avril 2018

Live Report : The World Is A Beautiful Place & I Am No Longer Afraid To Die @ Paris, Les Etoiles - 19/03/18

Alors que la fraîcheur glaciale s‘éternise en cette mi-mars, un groupe américain bien connu des amateurs.trices d’emo allait au moins réchauffer nos cœurs. The World Is A Beautiful Place & I Am No Longer Afraid To Die jouait aux Étoiles à Paris. C’est toujours hyper stylé sur le papier, de dire que l’on joue dans cette salle. Et c’est un peu la destination vers laquelle ce groupe nous a emmené ce soir-là, même si ce sont elle/eux qui ont écrit sur Whenever If Ever que « You Will Never Go To Space »… Peut-être pour ça que le groupe s’évertue à nous faire voyager ? C’est en tout cas la chance que l’on a eu avec leur set toujours aussi prenant et surprenant qu’à l’accoutumée.

Les aléas de la vie m’auront fait arriver pour la dernière chanson des anglais-es de Kamikaze Girls, un duo anglais qui propose une musique fortement teintée de grunge et d’indie-emo. Certain-e-s me disaient que ça ressemblait beaucoup à Milk Teeth en moins bien, je trouve également qu’il y a quelques ressemblances avec le groupe fraîchement signé chez Hopeless Records, mais pour ma part je suis plus convaincu par leur musique sans pour autant en être fan, d’autant plus que je suis arrivé pour un morceau lorgnant fortement vers le post-hardcore des années 90, se finissant dans un déluge d’effets et de larsens. J’aurais aimé les voir jouer leurs morceaux plus énergiques !

Mais la plupart des spectateurs.trices, moi y compris, étions surtout présent-e-s pour TWIABP, et l’attente fût très vite comblée : il a fallu moins de 15 minutes pour que les américain-e-s pour ne s'installent, les balances étant faites avant que la soirée ne commence. Petit clin d’œil rigolo et plutôt improbable : le bassiste du groupe portait le même t-shirt Ostraca que moi, un très obscur mais génial groupe de screamo américain. Pas étonnant quand on sait que c’est lui qui assure les parties criées des morceaux. Le groupe a beau être signé chez Epitaph, il n’oublie pas ses racines punk et militantes, en témoigne la bannière « Gegen Recht » au logo explicite, étendue sur l’un de leurs amplis, récupérée lors d’une date allemande. On vous laissera traduire !

Pendant une bonne heure, les américain-e-s nous ont délivré un set qui comme à leur habitude proposait une ré-interprétation pesante, massive, des morceaux phares de leur discographie, au milieu de quelques titres du nouvel album, Always Foreign. Ainsi, "Heartbeat In The Brain" prenait encore des allures quasi-doom metal, quand "January 10th, 2014" devenait plus intense encore. La setlist fût très bien équilibrée, les morceaux se suivant sans transition brutale, de quoi assurer un voyage tout en douceur pour l’audience. De plus, l’atmosphère intimiste, chaleureuse des lieux faisaient un tout, avec leur musique. Il est à noter que le groupe, aujourd’hui composé de 6 membres, est toujours autant à l’aise dans les petits espaces !

C’est encore une fois un chouette moment passé à leur côté, que tout le monde aura beaucoup apprécié. Le groupe sait nous transporter avec une facilité déconcertante, exécutant leurs morceaux avec la même consistance, et en même une profondeur supplémentaire. Il nous tarde déjà de les revoir, même si la prochaine fois, on espère ne pas entendre qu’un seul morceau de Whenever, If Ever, leur masterpiece !

Guillaume D. 
Merci à Karen et Live Nation.






Aucun commentaire :