lundi 19 mars 2018

Live Report : As It Is + WSTR + Courage My Love + Grayscale @ Backstage By The Mill, Paris - 05/03/2018

Comment mieux débuter la semaine qu’avec un concert de pop-punk ? (maintenant qu’elle est écrite noire sur blanc, je suis quasiment sûre d’avoir déjà utilisé cette phrase par le passé, il faudrait penser à me renouveler) Ce lundi 5 mars, nous avions encore une fois rendez-vous au Backstage By The Mill pour une soirée qui s’annonçait mémorable, en compagnie d’As It Is, WSTR, Courage My Love et Grayscale.

On commence avec les Américains de Grayscale – et quelle révélation ! Pour tout vous avouer, je ne m’attendais pas à grand-chose et je n’avais pas vraiment pris la peine d’écouter ce qu’ils faisaient avant de débarquer au concert, ce soir-là. Eh bien, je peux vous assurer que j’ai non seulement beaucoup accroché, mais que j’ai d’ores et déjà hâte de les revoir sur scène.

Les jeunes musiciens, originaires de Pennsylvanie, ont tout ce qu’un groupe de pop-punk doit avoir : du rythme, une dynamique, une prestance, un lien avec le public… Peu de gens les connaissaient en arrivant, mais tous ont participé avec enthousiasme et le set parut même trop court. Une excellente surprise, donc, pour commencer cette soirée.


Ensuite, les Canadiens de Courage My Love ont pris le relai. Et là aussi, difficile de ne pas être séduits par leur pop-rock envoûtant et bien mené. Les jumelles Mercedes et Phoenix (respectivement chanteuse et batteuse du groupe) prouvent que les filles de la scène n’ont pas encore dit leur dernier mot !


La formation s’est déjà produite avec un nombre impressionnant de grands noms : Simple Plan, Paramore, A Day To Remember… et la frontwoman sait comment fédérer ses troupes. Autant dire qu’au bout de quelques minutes de show à peine, le public est conquis. Et on repère aussi certains regards admiratifs et de nombreuses lèvres en mouvement, prouvant que quelques fans de Courage My Love s’étaient glissés dans la salle !


C’est ensuite au tour de WSTR de chauffer la foule ; avant même que la formation britannique prenne la scène d’assaut, on savait que c’était mission accomplie. Pour avoir vu WSTR à de multiples reprises par le passé, il semblait évident que le groupe n’aurait aucun mal à faire bouger le public – même si les fans de ce soir paraissaient un poil plus jeunes et plus « pop » que punk, par rapport aux fois où nous avions vu le groupe en compagnie de Trash Boat, ou même Neck Deep.

Même si le groupe ne propose rien d’exceptionnel, sa formule est efficace et la foule adhère bien, répondant aux sollicitations du chanteur Sammy Clifford qui est intenable sur scène. Des mélodies entraînantes, des riffs accrocheurs et des musiciens avenants : que demander de plus ? Les Anglais repartent trempés, mais un grand sourire aux lèvres.


Place désormais aux héros de la soirée : les adorables Britanniques d’As It Is. Patty Walters et sa bande sont déjà de retour sur une scène parisienne, quelques mois à peine après leur précédent passage.
Le groupe donne le coup d’envoi du set avec "Hey Rachel", puis on enchaîne rapidement avec "Patchwork Love" et "Pretty Little Distance", un morceau visiblement très apprécié du public, qui scande les paroles en chœur avec le chanteur. La bonne ambiance est de mise ce soir, et les musiciens arborent leurs plus beaux sourires face à des fans comblés.


Plus d’un an après la sortie de l’album Okay., ce dernier reste la pièce centrale du set : sur les onze chansons de l’album, dix sont interprétées en live ! (petite pensée à "The Coast Is Where Home Is", seul titre à avoir été laissé de côté).
Mais le groupe n’en n’oublie pas pour autant les morceaux plus anciens tels que "Cheap Shots & Setbacks", "Sorry" ou "Winter’s Weather".


Après une heure de show, il est quasiment l’heure de dire au revoir aux Britanniques, que certains pourront revoir sur les scènes de l’un ou l’autre festival au courant de l’été (Slam Dunk pour les uns, Vans Warped Tour pour les autres).
As It Is conclut son set avec l’incontournable "Dial Tones" et en invitant quelques fans à monter sur scène – en fait, la moitié de la salle s’est retrouvée perchée sur la scène du Backstage pour ce joli final.


Une soirée pop-punk comme on les aime, avec ce petit brin de folie et cette écrasante dose de bonne humeur qui a le don de nous requinquer pour la semaine. Chouette affiche, belle découverte pour Grayscale, que nous aurons eux aussi le plaisir de revoir sur l’une des scènes du Warped Tour cet été !



Merci à Ninon et à toute l’équipe d’Alternative Live, sur qui on peut compter tout au long de l’année pour avoir les plus belles affiches !

Texte : Laurie B.
Photos : Mathilde M.





Aucun commentaire :