mardi 28 novembre 2017

Live Report : Our Last Night + Blessthefall + New Volume @ Paris, La Machine du Moulin Rouge - 25/10/2017

Ce 25 octobre était une date marquée d’une croix rouge dans le calendrier pour beaucoup d’amateurs de notre scène alternative ; c’était le retour très attendu d’Our Last Night, accompagnés pour l’occasion de Blessthefall et New Volume, dans la capitale ! Une soirée que nous n’aurions manquée pour rien au monde et qui avait lieu dans une Machine du Moulin Rouge quasiment sold-out.



New Volume donne le coup d’envoi de la soirée. Le groupe, mi-anglais, mi-sud-africain, ne met pas très longtemps à séduire le public parisien, qui répond avec un enthousiasme toutefois un peu timide aux sollicitations des deux chanteurs-guitaristes, Tyron Layley et Ryan Morris.
Les sonorités dance-électro des morceaux sont très entraînantes, et il est plutôt surprenant de réaliser que nous n’avons en face de nous que trois musiciens tant ils couvrent un vaste éventail de sons différents, ne prenant même pas la peine de s’encombrer d’un bassiste. Mais les musiciens sont multi-casquettes et, à l’exception du batteur qui est bien contraint de rester immobile, jonglent entre micro, guitare et claviers.   


Le groupe s’est fait une place sur cette tournée suite à l’annulation de The Color Morale, et en profite pour se faire connaître un peu plus auprès du public européen. De toute évidence, si les personnes présentes dans la salle ce soir-là ne connaissent pas encore les paroles des chansons, si l’on en juge par les ventes hallucinantes de merch à la fin du show, les Français ont plutôt bien accroché à ce set court et sage, mais très accrocheur !


Place maintenant à un groupe très attendu par une partie de la salle : Blessthefall ! Il s’agit d’une formation que nous affectionnons beaucoup chez Alternativ News, alors c’est toujours un plaisir de les retrouver sur scène.
Le groupe n’a rien sorti depuis To Those Left Behind il y a déjà deux ans, mais profite encore de ce qui est peut-être leur dernière occasion de sillonner les routes européennes avant de sortir de nouveaux morceaux (si vous suivez les news sur notre site, vous avez forcément vu qu’ils font des allées et venues en studio depuis un petit moment, dès qu’ils ont un peu de temps libre !).


Ils font face à des fans bien calés, qui maîtrisent sur le bout des doigts des morceaux comme "2.0", "What’s Left Of Me" ou "40 Days" pour ne citer que ceux-là. Et, étonnamment, c’est leur album Hollow Bodies qui est mis en avant, avec pas moins de quatre morceaux – soit quasiment la moitié du set. Sur scène, nous avons droit à un vrai spectacle : le frontman Beau Bokan est constamment en train de sauter d’un côté à l’autre, les guitaristes Elliott et Eric font leur show, échangeant parfois de place, et Jared Warth se charge des parties screamées.


Derrière les fûts, nous retrouvons Steve Carey, qui n’est autre que le batteur de The Color Morale ! Matt Traynor, batteur officiel de Blessthefall, est resté sur le sol américain pour la naissance de son premier enfant, mais le groupe a rassuré ses fans en annonçant qu’il reprendrait ses fonctions dès la fin de cette tournée.


Quand Beau demande à la foule de reprendre le refrain de "Hey Baby", celle-ci s’exécute sans ciller. Quand il annonce "Hollow Bodies", il a droit à des cris quasi-hystériques en guise de réponse. Pas de doute : les fans sont là, et ils sont motivés ! Beau salue, sur le balcon, une fille qui porte une robe de mariée… Drôle d’accoutrement pour un concert, mais si le but c’était de se faire remarquer, c’est réussi !



Le groupe boucle son set explosif avec "You Wear A Crown But You’re No King", on repère quelques mouvements un peu timides dans la fosse – il faut dire ce qui est : le public d’Our Last Night n’est pas franchement connu pour la violence de ses moshpits, c’est donc un peu délicat pour les habitués de ce genre de pratiques sauvages de se mettre à bousculer des fans non-initiés…
Mais l’ambiance reste top jusqu’aux derniers instants, et Blessthefall quitte la scène après pas moins de neuf titres sous des acclamations amplement méritées.



Une bonne vingtaine de minutes plus tard, c’est au tour d’Our Last Night de prendre la scène d’assaut face à un public en délire. Le groupe donne le coup d’envoi de son set avec "Broken Lives", enchaînant ensuite avec le très apprécié "Same Old War". Tout a l’air de se passer parfaitement bien, Trevor Wentworth mène la danse en véritable frontman, occupant tout l’espace dont il dispose. Visuellement parlant, nous avons aussi droit à des sacrés jeux de lumières, tout va pour le mieux.



Au niveau de la voix, c’est un peu une autre histoire… On ne va pas s’éterniser sur ce point parce que ce n’était pas horrible au point de gâcher le show, mais on sent bien que Trevor est fatigué, et sa performance vocale en est très impactée. Cela en fera grimacer et ricaner certains – notamment dans le fond de la salle, où c’est assez flagrant –, mais les premiers rangs n’en tiendront pas compte.


Pour "Road To The Throne", Trevor se fait installer des tambours sur la scène et nous avons droit à une drum battle entre lui et Tim, le batteur du groupe. Un chouette moment qui sera réitéré plus tard dans la soirée, lors de "Younger Dreams".


Connue pour ses reprises de chansons pop, le groupe nous fait le plaisir d’en interpréter deux des plus récentes ce soir : "Shape Of You" d’Ed Sheeran, et "Look What You Made Me Do" de Taylor Swift. Des reprises qui font l’unanimité auprès du public français.


La performance de Matt Wentworth est à saluer : le guitariste/chanteur est irréprochable, tant au niveau vocal qu’instrumental. C’en est presque dommage qu’il soit un peu tapi dans l’ombre de son frère cadet.
Le bassiste Woody Woodrow a lui aussi droit à son instant de gloire quand il s’octroie un bain de foule dans le public parisien.


Tout au long du set, les fans ne cessent de scander les paroles de chaque morceaux, des plus anciens aux plus récents. "White Tiger" semble être l’un des favoris, mais la cerise sur le gâteau sera l’hymne "Sunrise", interprété en rappel. La voix de Trevor est quasiment inaudible sous les chants d’une foule en transe, et le groupe est acclamé pendant un très long moment après sa sortie de scène.


Une nouvelle fois, et sans grande surprise, Our Last Night a su captiver le public parisien. On passe toujours de bons moments en compagnie de ce groupe-là, et on oublie rapidement les soucis mineurs qui, au final, ne gâchent pas la soirée. La présence des très appréciés Blessthefall et des « nouvelles têtes » de New Volume n’a fait que rendre ce concert meilleur… et pour tout vous dire, on n’a pas pu résister à la tentation de retrouver ces trois groupes dix jours plus tard sur le sol allemand !


Texte : Larie B.
Photos : Mathilde M. (site officiel)

Un grand merci à Ninon d'Alternative Live !





Aucun commentaire :