lundi 6 novembre 2017

Chronique Express : Polaris - The Mortal Coil

Après plusieurs EPs super bien accueillis par le public et la critique, les Australiens de Polaris débarquent avec un premier long jeu, The Mortal Coil. Dans un genre saturé jusqu’à la gueule de groupes suiveurs, pas bons, moyens et surtout sans saveur, que ça fait du bien d’entendre un metalcore qui balance de la godasse dans le pit tout en réussissant le tour de force d’être mélodique et hautement émotionnel. Il n’y a qu’à prendre le titre d'ouverture et single, "Lucid" pour en avoir le cœur net : pas de fioritures, ça balance du riff dévastateur, le mélange voix clair/vox hurlée à s’en faire péter la jugulaire fonctionne du tonnerre, et les guitares savent envoyer le bois mais aussi tricoter de la mélodie. La formule est certes classique et change peu mais la technicité dont fait preuve le groupe (le batteur cogne comme un sourd et le bassiste n’est pas juste là pour faire de la figuration) est épatante. Leur force principale, c’est d’avoir totalement apprivoisé la formule calme/tempête pour que cela sonne naturel et que tout coule de source ("The Remedy" vous fera sauter de votre fauteuil et vous foutra en même temps le frisson) et non pas comme deux parties totalement distinctes collées l’une derrière l’autre. "Relapse" continue sur cette lancée, "Consume" se la joue plus heavy avec un solo bien senti de derrière les fagots, et les parties bien rentre dedans sont de la partie ("Frailty"). Mais là où le groupe se démarque du pack, c’est en donnant de la mélodie même dans ses passages les plus violents et surtout que le groupe ne met pas des mosh parts que quand cela donne une valeur ajoutée au morceau ("Casualty"). Le côté atmosphérique n’est pas laissé de côté pour autant avec l’interlude "In Somnus Veritas" et les mid-tempo "Dusk To Day" et "Slow Decay", qui font le job sans que l’on y trouve quelque chose à redire. Et ce n’est pas "Sonder", qui aurait pu se retrouver sur Lost In The Sound Of Separation d’Underoath, qui nous fera changer d’avis. Polaris viennent certainement de sortir l’un des albums metalcore les plus aboutis de l’année où violence, émotion et mélodies imparables se mélangent avec bonheur. Si vous êtes fans du genre, vous allez jeter un paquet de disques à la poubelle après avoir entendu ce dont les Australiens sont capables. Alors, ouvrez bien grands vos écoutilles car vous allez entendre parler de The Mortal Coil pendant un bon bout de temps. Et c’est amplement mérité. 

4/5 
Recommandé si vous aimez : Architects, Bring Me The Horizon, Underoath, The Amity Affliction

Guillaume W. 



Aucun commentaire :