jeudi 26 octobre 2017

Chronique Rétro : The BUSHMEN - Watching Neighbours

Ils auraient pu venir de Milwaukee dans le Winsconsin comme The Promise Ring, de Berkeley en Californie comme Samiam, ou encore de Kansas City dans le Missouri comme The Get Up Kids… Mais The BUSHMEN étaient de Limoges, France. Et c’est bien con d’ailleurs car s’ils avaient été Ricains, les p'tits gars auraient été à coup sûr des héros de la scène emopop/punk. Avec ce deuxième et dernier album, sorti en 2000 (bordel 17 ans déjà), The Bushmen ont gagné en maturité sans pour autant perdre la puissance du prédécesseur, Life’s Hard, Then You Die. Pas besoin de tergiverser pour arriver à la conclusion : Watching Neighbours n’a pas pris une ride. C’est au détour de leur page Bandcamp où est regroupée toute leur discographie pour la modique somme de 0 euro, ce second opus a refait son apparition dans l’iPod et autant vous dire que ça tourne en boucle. Il y a d’abord cette voix traînante au phrasé tellement proche de Dave de The Promise Ring que s’en est troublant. La linéarité de Life’s Hard s’est envolée au profit de morceaux plus alambiqués mais encore plus forts mélodiquement (les tubes "0,3 Euro Tango", "Ordinary Guys" est son riff d’intro du feu de dieu, "Estony Wine" qu’on croirait tout droit sorti de You’re Freaking Me Out de Samiam, et le superbe morceau-titre qui clôt l’album de la plus belle des manières). Watching Neighbours est un album bourré de maturité et de mélodies, et malgré son âge avancé, s’écoute avec le même plaisir aujourd’hui qu’en 2000. On revient souvent sur des albums qu’on avait adoré étant plus jeune, et cela arrive, plus souvent qu'on veut bien l'admettre, qu'on se dise : "Purée, ça a sacrément mal vieilli", alors que The BUSHMEN envoient toujours autant le bois et Watching Neighbours est un condensé de sensibilité. C’est donc l’occasion de se (re)mettre à fond dans les oreilles un trésor caché de l’emo français, un peu comme découvrir que le trésor de Willy Le Borgne est réel dans les Goonies, et qui n’a absolument rien à envier aux gros noms d’outre-Atlantique. A (re)-découvrir de toute urgence ! 

4,5/5 
Recommandé si vous aimez : The Promise Ring, Samiam, The Get Up Kids, Jawbreaker

 Guillaume W.



1 commentaire :

Anonyme a dit…

Je vais ressortir le cd d'ici peu, ça fait un bail que je ne l'ai pas écouté! et j'en profiterai pour ressortir aussi life's hard...