samedi 14 octobre 2017

Chronique Express : Knuckle Puck - Shapeshifter

Il y a 2 ans, Copacetic, le 1er album de Knuckle Puck avait fait son petit effet sur la scène emo/pop-punk. Sans toucher le succès de certains de ses congénères, et c’est bien dommage. Car même si la bande ne faisait pas dans l’originalité la plus flagrante, les influences emo/midwestern donnait un côté authentique vraiment plaisant et une version nettement plus automnale que californienne et ensoleillée. 2 ans plus tard, qu’en est-il ? Shapeshifter est finalement la suite logique de Copacetic. Là où le groupe empruntait des chemins plus sinueux pour arriver à ses fins, ces nouvelles compositions vont nettement plus droit au but. Et là où c’est fort, c’est que malgré tout, l’émotion est encore omniprésente dès l’ouverture "Nervous Passenger". Et ensuite, c’est l’avalanche de tubes, c’est aussi simple que ça. La formule reste classique mais il y a un truc en plus chez Knuckle Puck. Déjà la maturité dans les textes est évidente, et même si le format est court, il y a des idées qui fourmillent dans chacune des chansons. La triplette "Twist" (et son pont atmosphérique de toute beauté), "Double Helix" (et son riff énorme) et "Gone" (ce refrain bon dieu de bon dieu !) achèvera les plus réfractaires au genre, car les parties de guitares vont plus loin que 99% des groupes qui pratiquent le style, et la voix déchirante de Joe apporte cette sincérité bien trop souvent absente. C’est "Want Me Around" qui vient calmer le jeu en donnant dans le mid-tempo, l’atmosphérique "Conduit" file des frissons tout comme "Plastic Brains", le superbe morceau de clôture que Jimmy Eat World n’aurait pas renier. Knuckle Puck, c’est un peu le groupe des années 2010, qui aurait aimé faire partie de la scène des 90’s (la pochette renvoie très clairement à l’emo fin 90’s), et sans jamais sonner daté. Shapeshifter réussit le pari de lier 2 époques et est parfait pour l’hiver approchant. Un bel album à qui il manque encore une identité plus forte pour être intouchable, mais les p’tits gars de Knuckle Puck ont de bien beaux jours devant eux, c’est une évidence. 

4/5 
Recommandé si vous aimez : The Story So Far, Real Friends, The Wonder Years, Jimmy Eat World

Guillaume W. 



Aucun commentaire :