vendredi 29 septembre 2017

Chronique : Being As An Ocean - Waiting For Morning To Come

On attendait de pied ferme cette nouvelle livraison de Being As An Ocean. En effet, le successeur de l’album éponyme qui était initialement prévu pour le 9 juin sur Equal Vision Records n'est finalement arrivé que le 8 septembre et de manière indépendante. Malgré les singles sortis depuis déjà depuis un an, le label n’aurait pas laissé toute la liberté artistique nécessaire si l’on en croit les interviews du groupe.

Parlons donc du contenu musical de Waiting For Morning To Come. L’articulation des titres y est tout d'abord plutôt étrange, chacun étant espacé d’un interlude pour un total de 7 véritables chansons sur 14 titres indiqués dans la tracklist. Ces interludes en question, principalement composés d’accords de piano, sont plutôt plats et ne font pas monter en puissance les titres qu’ils précèdent. Étrange pour un groupe jouant d’habitude si bien avec les ambiances (on pense notamment à "It's Really Not as Complicated as You're Making It Out to Be" sur Dear g-d ou encore "How We Both Wondrously Perish" sur l'album du même titre) Si l’on ajoute à cela la piste jouée de manière inversée "eB tahT srewoP ehT" qui ne sonne pas si mal mais qui devient vite lassante au bout de 4.41 min (vous trouverez la version remise à l’endroit ici pour les plus curieux) le butin paraît, à première vue, bien maigre. A noter également au rang des bizarreries, le sample de la voix de "We Are Your Friends" de Justice qui revient tout au long de "Thorns". Une association à laquelle nous n’aurions jamais pensé, même dans nos rêves les plus tordus.

Au final c’est dommage que le label n’est pas assumé ces choix voulus par le groupe car on se retrouve tout de même avec un joli petit lot de singles vraiment solides qui réussissent à tirer l’ensemble vers le haut. Si tous les groupes sortaient 7 titres de cette trempe par album, on ne saurait plus où donner de la tête. Being As An Ocean réussit ici, sans que cela choque, la synthèse parfaite du screamo, de la pop et de l’électro ("Black & Blue", "Glow", "Disolve", "OK"). Maintenant plus libres, les californiens ont pu laisser libre cours à leurs envies au point de réenregistrer les parties de Joël sur "Dissolve", beaucoup plus agressives que dans la version précédente et bien plus proches de ce que le groupe joue en live. Le sample mélodique de "Black & Blue" a également était modifié depuis la version leakée sur Youtube . Sa présence se trouve renforcée et donne une dynamique tout à fait différente au morceau. 

Les performances vocales de Joël et de Michael sont de très haut vol, accompagnées par des musiciens toujours plus créatifs. Le batteur n’est autre qu’un fan, Anthony Ghazel de son nom, repéré par le groupe grâce a ces covers diffusées en ligne. Il mérite amplement sa place à la vue de ses prestations scéniques visibles ici

Des nappes de synthés par ci, des voix samplées par là, les arrangements qui s’égrènent à longueur de ce nouvel opus confèrent toute la dimension nécessaire à ce dernier. On aurait juste aimé retrouver des interludes du même acabit afin de d’offrir une expérience intégrale à l’auditeur. L’album se referme tout de même  avec "Blacktop" et "Waiting For Morning To Come", deux véritables morceaux qui vont tiendront en haleine jusqu’à la prochaine fois où vous verrez  la bande sur scène.

4/5

Martin G.

1. Pink & Red
2. Black & Blue
3. Floating Through Darkness, They Seemed To
4. Glow
5. And Fade Away When Morning Came
6. Ok
7. As Though Each of My Problems Would Slip Away
8. Dissolve
9. Thorns
10. eB tahT srewoP ehT
11. Suddenly, I Was Alone
12. Blacktop
13. I Saw Before Me, A Bright Red Light, and Silently I Stood,
14. Waiting for Morning to Come

Facebook Being As An Ocean



Aucun commentaire :