mercredi 1 mars 2017

Chronique Express : Acceptance - Colliding By Design

12 après le cultissime Phantoms, Acceptance sont de retour avec un nouvel album, Colliding By Design. Qu’attendre de cette reformation, hormis l’espoir d’une galette à la hauteur de nos attentes ? Mais franchement, c’est très simple. On aurait pu s’attendre à un Phantoms 2.0. C’est quasi l’opposé total qui se produit dans nos oreilles. Phantoms restait pop dans l’esprit, mais regorgeait de passages bien rentre dedans, de mélodies imparables, de ballades un poil cheesy et tire-larmes. Si vous voulez des grosses guitares, passez votre chemin, il n’y en a quasiment pas. Colliding By Design déçoit presque à la première écoute, notre nostalgie et notre petit cœur d’emoboy 2005 prenant le pas sur l’évolution évidente dont allait faire preuve le groupe après tant d’absence. Une fois ce cap passé, le déclic se fait. Il s’agit d’un album purement pop-rock, riche en atmosphères éthérées, blindé de synthé, à la production très (très) léchée. Si on peut accepter ce changement, ces 11 nouvelles chansons toucheront votre petit cœur d’emoboy version 2017. "Diagram Of A Simple Man", premier morceau sorti sur la toile, est un bon indicateur de ce qui va suivre. Un beau refrain, un gros travail sur les mélodies et les chœurs, et le plaisir de réentendre (enfin) la voix de Jason Vena, sur autre chose que les disques des copains (même si elle est un peu trop recouverte d’effets). La suite est belle, même si pas exempte de défauts : Si le morceau-titre apporte le plus beau refrain du disque, si "We Can Escape" sonnerait presque comme sorti d’un album de Mew, si "Come Closer" aurait pu se trouver sur Phantoms, si "Haunted" (deuxième morceau balancé en ligne, à la saveur 80’s indéniable) est superbe d’émotions, on ne peut s’empêcher de compter 2/3 titres beaucoup plus dispensables ("When I Was Cursed", ou encore "Sunset", loin d’être de mauvaises compositions, mais loin de leur meilleur niveau). On pourra aussi reprocher la production vraiment trop propre, mais au final ce ne sont que des détails. 12 ans après un album resté dans les mémoires, Acceptance est de retour avec un très bon disque. Colliding by Design choquera les fans de la première heure, mais au final, n’est-ce pas l’évolution logique pour un groupe de cette trempe ? Qui aurait pu penser lorsque Anberlin a sorti son premier long jeu, Blueprints For The Black Market, qu’ils aboutiraient à Lowborn ? Peu de monde. Et soyons sérieux, on espérait secrètement que le groupe allait nous ressortir un Phantoms bis, mais si ça avait été le cas, tout le monde aurait crié au scandale. C’est donc très bien comme ça. Et malgré ses défauts, ce nouvel album fait largement le job et montre un groupe qui en a encore sous le pied. Espérons simplement ne pas avoir à attendre 2029 pour entendre son successeur. 

4/5 
Recommandé si vous aimez : Anberlin, Angels & Airwaves, The Panic Division 

Guillaume W. 




Aucun commentaire :