jeudi 16 février 2017

Live Report : Oathbreaker + Partisan @ AB Club, Bruxelles (Belgique) - 02/02/17

On attendait l’occasion de voir jouer les Belges sur leurs terres depuis le 30 septembre dernier, date de sortie de Rheia, le magnifique toisième album d'Oathbreaker. On était surtout impatients de découvrir ces nouveaux morceaux en live afin qu’ils fassent parler toute leur puissance, parfois trop contenue sur l’enregistrement.

Sold-out depuis la mise en vente des billets au mois de novembre dernier, seuls les amateurs avertis pourront accéder à la petite salle de l’AB Club. Soit dit en passant, c’est une de mes salles préférées de Belgique du fait de sa configuration, plaçant le groupe proche du public, mais aussi pour son plancher en bois massif. On se sent vraiment comme à la maison dans une ambiance chaleureuse. 

Le groupe d’ouverture n’est rien d’autre que le side-project de l’ancien batteur de Oathbreaker, Ivo Debrabandere, qui a quitté le navire en 2016 pendant l’enregistrement de l’album. Partisan s’inscrit donc logiquement dans un style plutôt éloigné de celui d'Oathbreaker. Leur son et leur style sont largement inspirés de la scène post-punk des 70's, façon Joy Division et consorts.



Découverts en première partie de Nothing en septembre dernier, l’effet de surprise n’est pas aussi présent que lors de la fois passée. Malgré leur énergie évidente, leur son n’est pas des plus passionnants et colle mal à l’atmosphère à laquelle on s’attend en venant voir un groupe estampillé Deathwish Inc. A revoir dans un autre contexte donc. 

Après avoir enregistré Rheia aux USA et défendu ce dernier là-bas les derniers mois de 2016, les membres d'Oathbreaker entament une tournée en Europe dont il aura fallu attendre les toutes dernières dates pour qu’ils honorent enfin leur petit dernier dans la capitale de leur patrie d’origine. Nous sommes le jeudi 2 février 2017 et l’album est encore au centre de l’attention des amateurs du genre tant les Belges ont amenés leur son un niveau au dessus par rapport à leurs réalisations passées. L'album raconte une véritable histoire dont chaque morceau représente une partie. Musicalement les ambiances sont ultra léchées afin d'apporter un son à la fois puissant mais sophistiqué. 


Le groupe a également pris des risques en allant explorer de nouveaux territoires, l’ajout de longues parties de chant clair chanté d’une façon assez dissonante et originale sans oublier la visite de contrées clairement typées post-rock, donnant plus de souffle à leurs compositions.

Le Californien Jack Shirley n’est pas étranger à cette approche plus raffinée d’un style que l’on pourrait maintenant nommé "Blackgaze". L’ingénieur du son a notamment été aux manettes de Sunbather de Deafheaven, entre autres, œuvre incontournable même au-delà de la scène. Il a donc logiquement fortement contribué à l’évolution du son d’Oathbreaker sur Rheia.



L’entrée sur scène se fait sans surprise en suivant le duo d’introduction de l’album "10:56"/"Second Son Of R.". Les natifs de Ghent en profiteront d’ailleurs pour installer une atmosphère enveloppante qui ne nous quittera plus pour le restant de la soirée. Le jeu de lumières à dominante bleue renforce cette impression de cocon qui décuplera les sensations ressenties par l'assistance. Bien plus qu'un simple concert tant on est pleinement dans l'effort avec le groupe. 

Si certaines personnes auront pu être rebutées par la version studio des nouveaux morceaux, le live permet clairement à ces derniers d’être mis en valeur car ils prennent pleinement vie aux travers de l’énergie qu’ils renvoient. Cela permet également de développer les atmosphères présentent durant la totalité des interludes de l’album.



Vêtue de sa longue robe noire, la sublime Caro et sa bande nous balancent à la gueule un véritable maelström sonore qui sollicite une écoute active de l’auditoire à n’en pas douter. Visage caché derrière ses longs cheveux de bout en bout, la prestation de la chanteuse vient renforcer le caractère mystérieux de la performance. Alternant passages mélodiques et agressifs dans une intensité unique, leur musique assume pleinement le côté brutal sous une facette plus expérimentale que par le passé. 

Le nouveau batteur délivre ses blasts à une vitesse hallucinante quand on sait qu’il est uniquement équipé d’une pédale simple. L’interlude mélancolique "Stay Here/Accroches-moi" fait son petit effet avec un public littéralement scotché à la prestation de la chanteuse.

Ce concert a été une véritable invitation au voyage dans l’univers unique d'Oathbreaker. Le public aura été en communion du début à la fin et le groupe n’hésitera donc pas à balancer un rappel bien senti sur "Glimpse of the Unseen" afin de clore cette expérience comme il se doit.

Textes et photos: Martin G.

Setlist:

01. 10:56
02. Second Son of R.
03. Being Able to Feel Nothing
04. Immortals
05. Where I Live
06. Where I Leave
07. Needles in Your Skin
08. No Rest for the Weary
---
09. Glimpse of the Unseen



Aucun commentaire :