lundi 20 février 2017

Chronique Express : Andrew McMahon In The Wilderness - Zombies On Broadway

Everything In Transit, le premier album "solo" d’Andrew McMahon (sous le nom Jack’s Mannequin), nous parlait avec amour de sa Californie natale qu’il avait dû quitter pour poursuivre l’aventure Something Corporate. Le deuxème album de sa dernière incarnation, Andrew McMahon In The Wilderness, nommé Zombies On Broadway, change de côte, puisqu’il a été enregistré en très grande partie à New York. Pour les habitués du bonhomme, vous serez en terrain connu, quoi que… Ces nouvelles compositions sont très certainement les plus pop qu’il ait jamais composées. Andrew a toujours eu cette facette pop (il le dit lui-même dans différentes interviews que Something Corporate, aussi pop-punk a-t-il été appelé, a toujours été un groupe de pop), mais là, le coté poppy est poussé à son paroxysme : la production n’a jamais été aussi glossy, mettant en avant les arrangements de claviers et la voix. Le format radio est plus que jamais respecté (38m19s au compteur et un seul morceau, celui de clôture, qui dépasse les 4 minutes), et les mélodies sont prêtes à inonder les ondes. Dès le départ, on a aussi ce petit côté 80’s qui ressort (c’est un fan de Billy Joel, ça ne s’invente pas) sur "Brooklyn, You’re Killing Me" et ses ‘’lalalalala’’ qui ponctue le refrain. Même chose pour "So Close" et montée en puissance vers un refrain electro 80’s hyper réussi. "Don’t Speak" filera le frisson, "Shot Out The Cannons" enterre les 4 derniers albums de Coldplay, "Walking In My Sleep" jette un regard plein de tendresse vers sa Californie, "Island Radio" et "Love and Great Buildings" se donnent corps et âmes aux machines pour donner deux bombes pop/synthé, et que dire du feu d’artifice final, qui sonne comme un morceau retrouvé de Jack’s Mannequin. Simplement sublime. Zombies On Broadway est rempli de tubes, à la fois dansants et introspectifs, où Andrew Mcmahon s’abandonne à la pop radio ready, mais pleine d’intelligence et servie par des textes encore une fois magnifiques et beaux à chialer toutes les larmes de son corps. Ce mec est le petit prince de la pop et un songwriter de génie. Et aussi dingue que cela puisse paraître, il a même réussi le coup de maître de sortir son meilleur album depuis Everything In Transit

4,5/5 
Recommandé si vous aimez : Jack’s Mannequin, Coldplay, la beauté

Guillaume W. 



1 commentaire :

Sébastien a dit…

Juste ....énorme cet album
Une vrai machine à tube notre andrew
Courrez vite vous procurer cet album