vendredi 20 janvier 2017

Live Report : Set Your Goals + Stickup Kid + Misser @ Oakland Metro Operahouse, Oakland (USA) - 13/01/17

On ne pensait sûrement pas revoir Set Your Goals de sitôt, et les voici pourtant de retour au grand complet pour une série de shows fêtant les 10 ans de Mutiny!, série qui devrait s’étaler sur l’année et dans l’espace puisque des shows en Europe (peut-être une date à Paris ?) et en Australie sont prévus. Les six gaillards commencent néanmoins l’année à la maison, plus précisément à l’Oakland Metro Operahouse que je découvrais avec joie en ce vendredi 13 novembre !

Ayant un peu de retard je rate le premier groupe d’une soirée qui promet d’être longue, et ai juste le temps de me procurer le vinyle à la fameuse carte au trésor avant le set de Tiny Stills. Le quatuor mixte, mené par les guitares des demoiselles, développe son punk-rock à la cool devant un public encore épars. Le micro ne sera malheureusement pas ajusté à la voix de la chanteuse principale, qui restera presque muette l’ensemble du show.


C’est ensuite un Tim Landers que l’on retrouve bien empâté et désormais presque aussi bonhomme que son comparse Brad Wiseman de Misser. Là encore les voix ont du mal à se faire entendre, tandis que le mix des guitares est presque dissonant sur "Burn Out", qui ne pouvait tomber plus à pic ! Néanmoins l’ingé-son rectifie le tir sur "Just Say It", qui réveille le public. Quelques invétérés au premier rang reprennent absolument toutes les paroles et se déchaînent sur l’inévitable "Weightless". Si Tim, plus si weightless que ça, a du mal à lâcher sa voix, Brad réchauffe le jeu de scène aidé du bassiste visiblement très content d’être là. Le guitariste reste cependant impassible, concentré sur l’ensemble des morceaux. Les deux amis enchaînent les tubes de leur seul album, de "Reconnect This" à "Time Capsules", en passant par "Bad News" et "I’m Sick". Le groupe nous aura renvoyé avec joie en 2012, en terminant d’ailleurs par "I’m Really Starting To Hope That The World Ends in 2012", même si cela ressemblait définitivement plus à un dernier baroud d’honneur qu’autre chose.


La soirée des groupes de Bay Area de fin des années ’10 se poursuit avec Stickup Kid, qui nous servent un pop-punk efficace à défaut d’être vraiment original. Néanmoins les petits gars, encore jeunes, sont à l’aise sur scène et profitent du moment tandis que le chanteur interagit beaucoup avec le public qui réagit bien, la majorité étant encore… mineure. Le set est efficace et se termine sur le titre "Lost", plutôt réussi dans le genre pop-punk à larmichettes.


Tandis que le dernier soundcheck de la soirée s’effectue, le public commence à se presser vers la scène. Alors que les lumières s’éteignent sur les coups de 22h30, j’aperçois Matt (chanteur) qui semble installer des bonbonnes de spray dans le fond. Pas le temps de réfléchir car trois secondes après le début de "Start The Reactor", le pogo est lancé et votre dévoué ne s’éclipsera qu’une fois "Summer Jam" et "Gaia Bleeds (Make Way For Man)" terminées, cette dernière étant au passage toujours aussi dévastatrice en concert (circle pit oblige). Mais il me faut bien prendre des notes et je rejoins donc les rangs plus au fond tandis que Jordan (2ème chanteur) remercie les groupes précédents avant d’annoncer "The Fallen…" qui ne laisse aucun répit au pit. Les tubes continuent avec "The Few That Remain" où le sample de Hayley Williams répond à Matt et Jordan, tandis que "This Will Be The Death of Us" augmente le nombre de victimes dans la zone de mosh, les bières renversées rendant le sol plus que glissant.


La tension redescend quelque peu avec "Certain" et "Cure For Apathy", parce que quand même, Burning At Both Ends reste un cran en-dessous de ses deux petits frères. Mais le mosh se reforme alors que Matt annonce le début de Mutiny!, nous précisant que ne jouer que l’album aurait été ingrat de leur part compte tenu de sa durée. Qu’importe. Les 26 prochaines minutes seront d’une rare intensité. L’ensemble du public reprend en chœur "Work in Progress" (voir vidéo ci-dessus), et je retourne dans les premiers rangs lorsque les fûts de Mike Ambrose déclenchent l’avalanche qui s’ensuit. La pression remonte sur les morceaux suivants avant que la salle ne scande inévitablement "Mutiny!" Matt et les roadies en profitent alors pour nous asperger des sprays préalablement placés sur la scène, alors que la première moitié des rangs saute dans tous les sens. L’enchaînement du reste de l’album provoquera sing-alongs ("This Very Moment", "To Be Continued", "Don’t Let Win This Over You") et autres mouvements de foule ("An Old Book Misread", "Flight of the Navigator") avant que l’hymne "Echoes" ne soit repris par toute la salle, visiblement éreintée mais absolument ravie. Saluons au passage la performance des quatre musiciens, qui auront délivré un set puissant et de qualité.


C’est plus par automatisme que par réelle envie que le public provoque un rappel, qui nous terrasse définitivement avec "Look Closer" et "Our Ethos: A Legacy To Pass On". Les kids semblent en effet exténués par le rouleau compresseur des Set Your Goals, qui nous auront gratifiés d’un incroyable concert anniversaire. Sans vraiment laisser entrevoir la possibilité de nouvelles compositions, leur plaisir d’être sur scène fut palpable et pourrait bien donner des idées au sextet !

Texte et photos : Benoît D.

Setlist Set Your Goals

Start The Reactor
Summer Jam
Gaia Bleeds (Make Way for Man)
The Fallen...
The Few That Remain
This Will Be the Death of Us
Certain
Cure for Apathy
Mutiny!
Work in Progress
We Do It for the Money, OBVIOUSLY!
Dead Men Tell No Tales
Mutiny!
This Song Is Definitely NOT About a Girl
An Old Book Misread
This Very Moment
Flight of the Navigator
To Be Continued...
Don't Let This Win Over You
Echoes
--
Look Closer
Our Ethos: A Legacy to Pass On




Aucun commentaire :