jeudi 20 octobre 2016

Live Report : ARCHITECTS + Stick To Your Guns + Bury Tomorrow @ Cabaret Sauvage, Paris, 15/10/16



Le retour d’Architects à Paris était prévu depuis de longs mois déjà – nous l’avions ajouté à l’agenda de notre site dès l’annonce, et il faisait partie des shows les plus attendus de l’automne pour nous… Mais force est de constater que quelques jours avant le concert, certains fans ignoraient toujours leur venue au Cabaret Sauvage ce 15 octobre. Évidemment, Alternativ News y était.



« Alternativ News y était », oui certes, mais Alternativ News y était avec une demi-heure de retard. Le manque de communication autour de cette soirée nous a malheureusement fait louper la majeure partie du set de Bury Tomorrow. Même si nous avons eu de multiples occasions de les voir cette année – y compris sur la même scène lors de l’Impericon Festival en mai – on aurait bien aimé profiter de ce set également. Quand on arrive sur place, le public est déjà très chaud, les hostilités ont été déclarées ouvertes dans le pit.  
Le groupe est toujours le bienvenu dans la capitale, et on regrette juste de ne pas avoir pu voir davantage de ce set.




Les suivants, Stick To Your Guns, montent sur la scène du Cabaret à 20 heures. Petite surprise : la salle est quasiment pleine pour accueillir les Américains, et le public est littéralement survolté. Il faut dire que Jesse Barnett et sa bande sont eux aussi très appréciés ici, et donc très attendus – notamment par les moshers, qui savent qu’ils pourront s’en donner à cœur joie. 
Le coup d’envoi du set est donné avec "Nobody", et c’est parti pour quarante minutes fiévreuses, ponctuées par des discours spontanés et fédérateurs de la part du frontman. Ses interventions sont à chaque fois saluées par les acclamations et cris enthousiastes de la foule. Le morceau "We Still Believe" marque l’un des moments forts de cette soirée (bon, il y en a eu énormément, en même temps), et les fans se régalent dans la fosse – à l’exception peut-être de ceux qui se prennent les pieds des crowdsurfers en pleine tronche, et encore ça se discute.


Le  punk hardcore des Californiens a fait son petit effet, et quand Jesse annonce le dernier morceau de leur set, on sent la déception dans les réactions du public, mais "Against Them All" est la parfaite occasion de savourer l’inépuisable énergie du groupe. Jusqu’aux derniers moments, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, on se retrouvera le regard rivé vers la scène.
Stick To Your Guns est un groupe qui impose le respect, à la fois par la qualité de son set que par le dynamisme des musiciens, mais aussi – et surtout ? – par leur discours et les valeurs qu’ils partagent avec leurs fans.


C’est après un changement de plateau d’une vingtaine de minutes que les lumières s’éteindront à nouveau pour un moment que nous attendons – et redoutons – tous. Suite au décès du guitariste Tom Searle, les autres membres d’Architects avaient annoncé le maintien des tournées programmées, restant toutefois flous quant à l’avenir du groupe. Malgré cela, on se doutait tous que ces concerts allaient être particuliers, presque un peu « sacrés ». Une sorte de tournée en l’honneur de Tom.
Le public parisien avait donc en quelque sorte la mission de faire honneur au guitariste disparu, et cela commençait de la plus belle des façons au moment de l’entrée sur scène d’Architects. Les musiciens prirent place sous des tonnerres d’applaudissements avant de lancer "Nihilist". Les fans répondent présent dès les premières secondes et il devient quasiment impossible de se frayer un chemin jusqu’au pit tant la foule est compacte.



On  enchaîne avec "Deathwish" et le très apprécié "The Colours Don’t Run". Sam Carter se montre plutôt bavard face à ce public français qu’il apprécie beaucoup. À de multiples reprises, il remercie les fans, puis adresse un message aux membres de Bury Tomorrow, faisant leur éloge et les remerciant d’avoir accepté de faire cette tournée en leur compagnie.

On sent qu’il y a une sorte de tension, que Sam évite soigneusement d’aborder « le » sujet même si, de toute évidence, tout le monde ne pense qu’à ça. Difficile de ne pas le faire avec des titres comme "Dead Man Talking" ou "Early Grave". Sur scène, le groupe se donne à son maximum comme à chaque fois, et le frontman livre une prestation de haute voltige.
Le pit est en ébullition et on peut lire les paroles de chaque morceau sur les lèvres des multiples crowdsurfers. "Downfall", un extrait de All Our Gods Have Abandoned Us, remporte un franc succès à en juger par l’applaudimètre, mais c’est "Gravedigger", qui arrive juste après, qui déchaîne vraiment les foules. Ce morceau incontournable depuis des années est repris en chœur par les fans, et Sam peut sans hésitation tendre le micro à la foule pour qu’elle prenne le relais.


Le  chanteur n’en finit pas de remercier les fidèles fans parisiens, adressant également un discours à l’attention de Stick To Your Guns, soulignant le fait qu’Architects et eux partageaient énormément de choses, à commencer par leur façon de penser et de vouloir faire comprendre à leurs fans qu’ils n’étaient jamais seuls. Moment d’émotion sous le chapiteau du Cabaret, encore davantage quand on annonce le dernier morceau de la soirée. Le public ne tarde pas à exprimer son désaccord, et Sam ne peut réprimer un sourire : « Bon, peut-être que vous aurez encore droit à un autre morceau après celui-ci, mais rien n’est sûr… Même si je viens un peu de vendre la mèche ».
Ce « dernier » morceau n’est autre que le tube explosif "Naysayer", sur lequel tout le monde donne de la voix encore une fois. Et puis le groupe s’éclipse sous des acclamations sincères et méritées.


Comme on aurait pu le prédire – et comme l’a laissé entendre Sam Carter – le groupe revient peu après pour un rappel, avec encore une fois des remerciements chaleureux adressés à un public au petit soin. Les derniers instants du show seront consacrés au dernier album en date du groupe : "A Match Made In Heaven" pour commencer, et Sam demande ensuite le silence complet dans la salle (et, je déteste avoir à écrire ça, mais ce n’était pas une mince affaire) avant "Gone With The Wind", rassemblant ses esprits avant de se lancer dans un discours des plus poignants. Pour la première fois depuis le début du set d’Architects, il parle de Tom Searle avec effusion, répétant à quel point il était le pilier du groupe, que « Architects, c’est Tom ». Le départ soudain de Tom a mis l’avenir du groupe entre parenthèses, et s’ils ont décidé de maintenir cette tournée en son honneur, ils restent flous quant à l’avenir, Sam expliquant qu’en studio, c’était Tom qui amenait toutes les idées.  
Autour de nous, les mines sont défaites, des centaines de paires d’yeux se mettent à pleurer – le chanteur n’est bien sûr pas en reste. Quand Sam fait comprendre que son émouvant discours touche à sa fin, le Cabaret Sauvage résonne sous les applaudissements respectueux, des feuilles blanches avec un message de soutien à l’adresse du groupe apparaissent dans les premiers rangs.


Puis d’un coup d’un seul, la musique reprend et Gone With The Wind vient clôturer cette soirée – plutôt éprouvante, autant pour les mosheurs que pour les sentimentaux. Un magnifique morceau pour dire au revoir à Architects, au revoir à Tom. Il ne reste plus qu’à espérer que ce 15 octobre n’ait pas été la dernière date du groupe britannique dans la capitale, et qu’ils trouveront la force et l’inspiration nécessaires pour continuer…



Setlist Architects :
Nihilist
Deathwish
These Colours Don’t Run
Dead Man Talking
Early Grave
Phantom Fear
The Devil Is Near
Broken Cross
Downfall
Gravedigger
Colony Collapse
Red Hypergiant / Follow the Water (acapella clean part only)
Gravity
Naysayer
---
A Match Made In Heaven
Gone With The Wind


Merci à Elodie de HIM Media.


Texte : Laurie B.
Photos : Mathilde M.



2 commentaires :

Ceska a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ceska a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.