lundi 5 septembre 2016

Chronique Express : A Day To Remember - Bad Vibrations

On attend toujours un album d’A Day To Remember avec impatience. Non parce que l’on pense y trouver quoi que ce soit de bien neuf, mais plutôt parce que l’on sait qu’on passera un bon moment, qu’on pourra chanter directement les refrains et headbanger sans problème. Cette théorie s’est vérifiée à chaque sortie. Quid de ce Bad Vibrations ? Une dream team à la production avec Bill Stevenson et Jason Livermore pour la premère fois derrière les manettes du quintet d’Ocala, Floride. On se dit que le choix est judicieux, un son moins typé metalcore leur donnera une autre dimension. Pour le coup, la déception est de mise puisque même si la production est propre, toute l’énergie qui était la leur s'est un peu perdue en route : elle est certes présente sur quelques morceaux, assez étonnamment, tous placés dans la première moitié de la galette : le single "Paranoia" (le meilleur morceau ici présent, très Rise Against dans l’âme d’ailleurs), le punky "Naivety", le coreux "Exposed"… De bons titres, mais loin d'être parmi les plus mémorables. Le souci, c’est qu’à partir du mid-tempo "We Got This", jusqu’à "Forgive And Forget", on s’ennuie ferme : même schéma répété, des refrains étrangement similaires, comme si l’inspiration avait manqué. D'ailleurs, si on n'y prête pas attention, les quatre derniers titres passent sans qu’on ait senti la moindre transition. Ce que l’on se dit en finissant l’écoute de ce sixième album, c’est surtout qu’il a fallu au groupe trois ans pour composer et enregistrer ce Bad Vibrations. Tout ça pour être l’album le plus faiblard de leur discographie. Pas une catastrophe, mais sans titres réellement catchy ou même un peu inspirés. Bad Vibrations montre un groupe qui s’est mis en mode automatique. On espère simplement qu’il s’agit d’une contre-performance et non du début de la fin pour A Day To Remember. 

3/5 
Recommandé si vous aimez : A Day To Remember

Guillaume W. 



Aucun commentaire :