dimanche 3 juillet 2016

Chronique Express : Seafret - Tell Me It's Real

Voici déjà quelques mois qu’est sorti Tell Me It’s Real, le premier album du duo Seafret nous venant tout droit de Grande-Bretagne. Et les deux jeunes anglais sont là pour nous rappeler que les anglo-saxons sont quand même meilleurs en mélopées qu’en choix politiques. Sortez donc les mouchoirs car à l’instar des glorieuses premières années de Coldplay ou plus récemment d’Amber Run, Seafret jouent sur la corde sensible. La nature a doté Jack Sedman d’un organe impressionnant – je veux bien sûr parler de sa voix – dont la puissance surprend au vu de sa frêle carrure. Ses élocutions rauques s’éraillent et touchent au cœur comme sur la magnifique "Oceans", tirée du précédent EP. Les mélodies de Harry Draper vibrent d’émotion, qu’elles soient atmosphériques et électrisées (la lumineuse "Be There", "Wildfire" et son clip célébrant l’inconnu) ou menées par une simple guitare sèche ("Give Me Something" qui bénéficie d’une habile position en début de tracklist, "Overtime"). Sans réinventer le thème de la quête amoureuse, le duo l’interprète avec justesse et l’apparente souvent à l’immensité marine (la superbe "Atlantis", "To the Sea"), avec ce qu’elle implique de beauté, de tumultes et de solitude parfois, de mouvement et d’inspiration toujours. Il manque peut-être cependant plus de titres haussant le tempo ("Over", "There’s a Light") afin de maintenir en éveil notre intérêt, certains titres étant clairement plus faibles. Néanmoins, avec un total de 16 pistes, Seafret délivrent un premier album cohérent et maitrisé, qui ne manquera certainement pas d’atteindre les ondes radiophoniques.

3,5/5
Recommandé si vous aimez : Amber Run, Kodaline, Aquilo

Benoît D.




Aucun commentaire :