lundi 25 juillet 2016

Chronique Express : Hotel Books - Run Wild, Stay Alive

A vrai dire, on ne s’attendait pas à voir notre petit génie dépressif débarquer de si tôt sur nos platines. A peine un an de temps s’est écoulé depuis la sortie de l’album, Run Wild, Young Beauty (chronique). Ce dernier m’avait personnellement enthousiasmé par sa sincérité et sa diversité. Pour la première fois dans la discographie d'Hotel Books  on retrouvait de la musique suffisamment structurée pour être accrocheuse. Nous voici donc en compagnie du petit nouveau, Run Wild, Stay Alive. Le single "Where We Sleep Is Where We Dream" avait réussi à me rassurer sur le fait que Cam Smith avait toujours quelque chose de frais à apporter comme les refrains chantés qui restent facilement en tête. Malheureusement c’est le seul titre dans ce style sur la galette. Le reste se contente d’assembler tant bien que mal les éléments qui ont fait le succès du disque précédent. On a vraiment l’impression d’entendre une pale copie. Les lyrics ne sont pas aussi emblématiques, les chœurs et les screams trop présents et mal amenés. Au final, à part le single, on ne retient pas grand chose. Si l’on prend un peu de recul, il est vrai que le genre n’est pas facile à renouveler. Partant du spoken words ultra basique des deux premiers albums, il avait pourtant réussi à transformer l’essai sans trop dénaturer sa musique en 2015. Ici, le résultat n’est pas mémorable et aurait sûrement nécessité une période de maturation plus grande. On se doute que que des événement tristes ont dû arriver dans la vie de Cam et qu’il lui fallait vite utiliser la musique comme thérapie mais ce travail laisse un goût d'inabouti. Si vous voulez découvrir le travail de l'Américain sous un meilleur angle, nous vous conseillions plutôt de vous tourner vers l'album précédent, beaucoup plus équilibré et original.

2,5/5 
Recommandé si vous aimez : La Dispute, Being As An Ocean, Pianos Become The Teeth

Martin G.



Aucun commentaire :