lundi 13 juin 2016

Live Report : FVK + Urban Scales + Mind The Thorns @ Backstage By The Mill, Paris - 03/05/16

Après avoir assuré les premières parties d'In This Moment en 2015 et d’Escape The Fate en janvier de cette année, les Britanniques de Fearless Vampire Killers (qui se font désormais appeler FVK) étaient de retour dans la capitale pour leur tout premier concert en tête d’affiche ici.

Dans un Backstage à moitié plein, les Français de Mind The Thorns, que l’on connait déjà, prennent possession de la scène en premiers. Pendant une vingtaine de minutes, le groupe nous livre une prestation énergique, parfois un peu forcée, mais qui n’en reste pas moins très bien accueillie par le public parisien. L’interlude acoustique au milieu du set est le bienvenu, et les jeunes musiciens quittent la scène avec le sourire et sous les applaudissements.






Arrive le tour d’Urban Scales, que nous ne connaissions pas, mais à peine le set commence-t-il que la chanteuse Angy, un petit bout de femme de tout juste vingt ans, nous met une première claque. Il faut avouer que nous ne nous attendions pas à entendre une voix si grave, puissante et envoûtante à la fois. Et rien que ça, ça met tout le monde d’accord.

Les musiciens – deux filles, deux garçons – sont énergiques, tous sur une sorte de pied d’égalité sans qu’aucun d’eux ne soit particulièrement mis en avant, et les mélodies entraînantes du groupe semblent enchanter le Backstage. Le groupe annonce la sortie « surprise » de son EP, qui est disponible au merch ce soir-là. Il y a fort à parier que plusieurs spectateurs se sont laissés convaincre et ont déboursé les 5€ demandés pour prolonger le plaisir. À la fin de leur set, nombreux sont d’ailleurs ceux qui quittent la fosse pour se diriger vers les stands, le bar ou le coin fumeur.

Peu après, ce sont les cinq Anglais de FVK qui investissent la scène devant un public quelque peu clairsemé. Qu’à cela ne tienne ; les musiciens ne se laissent pas démonter et offrent à la cinquantaine de fans présents un show identique à celui qu’ils auraient donné pour un public bien plus large. La même énergie communicative, les mêmes jeux de scène qui soulignent la complicité existant entre les différents membres.

C’est Kier Kemp qui s’empare du micro le premier pour "Say What You Want From Me". Les précédentes fois où l’on avait vu FVK, c’était en première partie d’autres groupes, et nous avions précisé dans les précédentes live reports [le dernier en date étant celui du show d’Escape The Fate] que les deux chanteurs, Kier et Laurence Beveridge, se partageaient le micro à parts égales, chacun ayant droit à une moitié du set. Mais pour cette tournée en headline, les deux artistes ont choisi de procéder différemment et alternent leurs rôles (chant/guitare) à plusieurs reprises, ce qui donne davantage de peps à la prestation.

Sur le morceau "Neon In The Dance Halls", FVK parviennent à réveiller les fans, qui se mettent à chanter en chœur avec les deux frontmen. Les musiciens au look emo/gothique/steampunk sont tout sourire et enchaînent les morceaux de leur dernier « mini-album » Bruises (sorti en 2015) et ceux plus anciens, qui semblent rester les favoris des quelques férus ayant fait le déplacement. "Turn Your Heaven To A Tomb" semble d’ailleurs se démarquer du lot, provoquant un semblant-de-début-de-pit dans la salle. Il règne une bonne ambiance dans le Backstage, et le groupe semble l’avoir senti aussi. Faisant abstraction de la quantité, FVK offrent un show de qualité à leurs fans qui le leur rendent plutôt bien.

Kier viendra même s’asseoir sur le bord de la scène, au plus près des spectateurs, essayant de passer le micro à quelques chanceux (qui, parfois intimidés, n’oseront pas toujours donner de la voix). Les portables continuent de filmer, de photographier les cinq Britanniques en pleine action.

Quand ils quittent la scène et que les lumières s’éteignent à nouveau, un étrange silence s’installe un instant dans le Backstage… et au bout de quelques poignées de secondes qui semblent interminables, les fans se décident enfin à rappeler le groupe pour une chanson supplémentaire. Et heureusement, parce qu’il manquait "Maeby" à la setlist, et que c’est l’une des meilleures chansons du groupe, entraînante et fédératrice. Le public danse encore pour les dernières minutes du show, puis acclame avec enthousiasme les artistes.

FVK étaient de toute évidence remontés à bloc pour leur tournée européenne en tête d’affiche. Prêts à affronter toutes sortes de publics, ils n’ont pas tenu rigueur du nombre de spectateurs de ce soir et ne se sont pas démontés une seule seconde, offrant aux Parisiens une prestation tout à fait honorable, de bonne qualité et avec le sourire. Il est dommage que la foule se soit montrée si timide, mais ce n’est qu’un premier essai, et si la sauce ne devait pas prendre en France, le groupe pourra toujours se consoler avec le succès énorme qu’il rencontre outre-Manche !

Texte : Laurie B.
Photos : Mathilde M.

Merci à Alternative Live.




Aucun commentaire :