lundi 2 mai 2016

Live Report : Showcase Deezer PVRIS @ Bizz'Art, Paris - 19/04/16

C’était une jolie surprise pour leurs fans parisiens : le lendemain de leur concert à la Machine du Moulin Rouge le 12 avril, PVRIS ont annoncé qu’ils seraient de retour dans la capitale dès la semaine d’après, mardi 19 avril, pour un showcase privé organisé par Deezer (qui était initialement prévu le 23 novembre 2015, mais avait été reporté à une date jusqu’alors indéterminée suite aux événements qui avaient frappé Paris).

Les plus chanceux avaient obtenu une invitation pour assister à ce set acoustique se tenant dans la petite salle du Bizz’Art, qui accueille habituellement des artistes soul, jazz ou funk. Sur une petite estrade sont simplement installés deux tabourets ; une fois que tous les fans ont pu entrer et prendre place dans la salle, le maître de cérémonie de Deezer prend un moment pour les remercier de s’être montrés aussi réactifs, et leur demander d’acclamer le groupe comme il se doit, les remerciant eux aussi d’avoir accepté de revenir à Paris lors du seul « day off » de leur tournée européenne.

Lynn Gunn et Alex Babinski apparaissent donc et saluent la foule, prenant place sur les deux tabourets. Le temps qu’Alex accorde sa guitare, Lynn s’adresse à son tour aux fans, visiblement ravie d’être de retour à Paris pour le « PVRIS in Paris part III ». Le coup d’envoi de ce court set acoustique est donné par "Mirrors". Les fans fredonnent les paroles, sans oser couvrir la voix de Lynn, qui est sublimée par la pureté brute de la guitare acoustique. La jeune chanteuse parvient à nous communiquer une large palette d’émotions sans en faire des tonnes. Tout en simplicité, elle se contente d’adresser de temps à autres des sourires aux fans des premiers rangs ou un regard en direction de son acolyte. Pas besoin de mimiques ou de jeu de scène ; tout est dans le talent, et l’on ne parvient pas à quitter ce spectacle des yeux.

Suivent "Ghosts", puis "White Noise" ; au fil des chansons, le public gagne un peu en assurance et ose donner de la voix quand il faut, ce qui semble plaire aux deux musiciens. Lynn profitera d’une pause entre deux morceaux pour saluer Brian Macdonald, le bassiste du groupe, qui observe la prestation de ses deux collègues depuis le fond de la salle.
Lynn présente "You and I" comme un « nouveau morceau » (il a été dévoilé en février), mais la foule le connait par cœur depuis un moment et reprend les paroles sans même que Lynn n’ait besoin de demander. Arrive ensuite – déjà – la fin de ce joli set avec "My House", et le « C’est ma maison » que lance la chanteuse fait rire tout le monde, elle y compris.

Les titres interprétés ce soir-là prennent une toute autre dimension dans leur version acoustique, très épurée, mettant en valeur la beauté des textes du groupe. S’il en fallait encore une, voilà bien la preuve que la voix de Lynn est unique en son genre, et d’une puissance rare et poignante. Les deux musiciens ont bluffé et comblé tout le monde, le public les acclame pendant un long moment à la fin de ce set. Brian est invité à rejoindre ses deux camarades sur scène, il s’empare du micro pour faire le boute-en-train, racontant qu’il n’avait pas pu jouer avec eux parce qu’il était « chargé de tout superviser », ajoutant que « c’est lui qui est à l’origine de tout ça » ou que « sans lui il n’y aurait rien eu ce soir ». Les fans rigolent bien, et le manager du groupe annonce une courte session de questions/réponses, demandant aux personnes qui voudraient poser une question aux artistes de lever la main.

Les Parisiens se font un peu timides au début, puis les remarques, compliments et questions se mettent à se succéder rapidement. Ce sont beaucoup de remerciements, quelques questions sur ce qu’ils ont eu le temps de visiter à Paris, sur leurs clips, leur prochain album, la réédition de White Noise et le morceau Empty, qui n’avait pas encore été dévoilé à ce moment-là. Le groupe, qui s’est entre temps fait offrir un grand drapeau français, répond avec entrain à chacune des questions. Les trois Américains sont très souriants, ouverts et agréables.

Une fois la parenthèse « Q&A » refermée, il est annoncé que PVRIS signeront quelques autographes pour les intéressés. Une longue file se forme aussitôt en face de la table derrière laquelle se place le groupe, et encore une fois la simplicité des musiciens fait plaisir à voir. Très proches de leurs fans, ils prennent le temps de répondre aux ultimes requêtes de ceux-ci. Au bout d’une demi-heure, tout le monde est servi et il est temps pour PVRIS de se reposer un peu ; le lendemain, un show sold-out les attend à Berlin.

Ce « PVRIS in Paris » troisième round a été le plus intimiste et a permis à beaucoup de découvrir le côté humain de ce groupe que tout le monde s’arrache ces derniers temps. C’était peut-être également la dernière occasion de voir les trois musiciens avant que ceux-ci n’entrent en studio (peut-être à l’automne) pour enregistrer leur deuxième album… Espérons que l’attente ne sera pas trop longue quand même, parce que PVRIS fait définitivement partie de ces groupes dont il semble impossible de se lasser. 

Texte : Laurie
Photos : Mathilde M. (site internet)

Setlist :

Mirrors
Ghosts
White Noise
You And I
My House

Merci à Deezer France et à Olivier de Replica Promo.




Aucun commentaire :