lundi 23 mai 2016

Chronique Express : Saosin - Along The Shadow

Sept ans après le très mal accueilli (et pourtant vraiment un bon album, qui a juste eu la mauvaise idée de sortie après leur S/T) In Search Of Solid Ground, Saosin revient avec Anthony Green derrière le micro. Et dès lors, on se dit qu’avec le presque line-up du leur mythique EP Translating The Name (exit le guitariste Justin Shekoski l'année dernière sans réellement savoir pourquoi), ce Along The Shadow devrait valoir son pesant de cacahouètes. Alors oui, on ne va sûrement pas nier l’excitation qui a été la nôtre à l’idée de ce que pouvait donner cette réunion pas si inattendue que ça au final. On retrouve les ingrédients de ce qui fait la patte Saosin : les tics guitaristiques reconnaissables entre mille, la batterie folle d’Alex Rodriguez, et bien sûr cette voix. Cette voix qui est tellement identifiable qu’elle en devient le défaut de sa principale qualité. En effet, même si le sieur Green ne s’était jamais autant époumoné, on a la fâcheuse tendance à entendre Circa Survive un peu partout (c’est flagrant sur "The Silver String", "Racing Toward A Red Light", et "The Stutter Says A Lot"). Non que ce soit la pire chose qui pouvait se produire mais ça coince un peu. Les morceaux sont d’une qualité irréprochable, mais on a du mal à se défaire de ce sentiment de déjà entendu sous un autre nom. Ailleurs, Saosin est toujours capable de trouver la mélodie qui tue ("Ideology Is Theft", "Count Back From Ten", "Control The Urge To Pray" qui auraient pu se retrouver sur le S/T), de claquer le mid-tempo atmosphérique qui fout le frisson ("Second Chances" et "Sore Distress"), ou encore d’évoluer vers des parties plus lourdes proches de Thrice (le riff d’intro de "Old Friends"), bref Saosin sait exactement où il va. Le hic, c’est qu’au final, on se trouve face à un dilemme : oui, Along The Shadow est un bon album (parfois très bon), mais est-il aussi bon que ce que peut produire Circa Survive (qu’on le veuille ou non, la comparaison se fera, consciemment ou inconsciemment) ou même que le S/T avec Cove Reber au chant (où chaque titre était un hit absolu) ? La réponse est non. 7 ans après avoir disparu des radars, on est tout de même ravis de retrouver Saosin en bonne forme et on espère ne pas avoir à attendre à nouveaux autant de temps pour un quatrième album. 

3,5/5 
Recommandé si vous aimez : Saosin, Circa Survive, Anthony Green 

Guillaume W. 




1 commentaire :

Laurent a dit…

Il n'arrive pas à la moitié de la hauteur de In Search Of Solid Ground malheureusement. Le chant est pas terrible je trouve on ne ressent pas le coffre qu'avait Cove. Green est un bon chanteur en soi mais pas à la hauteur de Cove.
Déçu dommage car les instrus sont pas mal (bien qu'en deça quand même de In Search Of Solid Ground et leur majestueux Fireflies)