mardi 17 mai 2016

Chronique Express : ERRA - Drift

Pas mal de choses se sont passées pour ERRA depuis la sortie de Augment, précédent full-lenght des gars de l’Alabama. Une signature chez Sumerian, un nouvel EP, Moments Of Clarity, et surtout un nouveau vocaliste en la personne de JT Cavey, officiant également au sein de Texas In July. Drift, le nouvel opus de la troupe montre quelques changements au sein de la musique du quatuor. Outre les vocaux de JT apportant sa touche presque hardcore au son des gars de Birmingham, on remarque que les compositions ont un tempo bien moins élevé qu’à l’accoutumée, privilégiant les ambiances plus aériennes, et les mid-tempos travaillés. On pensera ainsi à plusieurs reprises à Node, le dernier album des Australiens de Northlane auquel on peut greffer la technicité des récents travaux de Periphery. Pour les points positifs, on retiendra une production exemplaire, les progrès de Jesse Cash au chant (et celui s’apparente de plus en plus à Cove Rebber, ex-Saosin), ainsi qu’une exécution exemplaire. Les gaillards sont loin d’être des manchots, et cela s’entend. Par contre, on peut regretter un manque de personnalité certain, alors qu’Augment avait sa propre griffe, et une certaine lassitude qui s’installe une fois les premières pistes passées, afin de finir en trombe sur les pistes les plus longues de l’opus. Inégal, cet album est pourtant pas désagréable à l’écoute, même si le tout manque au final d’impact. 

3,5/5 
Recommandé si vous aimez : Northlane, Periphery, In Hearts Wake 

Axel R.




Aucun commentaire :