mercredi 2 mars 2016

Live Report : Millencolin + Templeton Pek + Hogwash @ Le Divan du Monde, Paris - 16/02/16

Voilà 5 ans que les Suédois de Millencolin ne nous avaient pas rendus visite dans la Capitale, le temps d'un tournée anniversaire de leur album oh-combien mythique, Pennybridge Pioneers, qui en fût tout autant déceptive lors de leur passage notamment au Ninkasi de Lyon en septembre 2011 dont je me souviens comme si c'était hier et durant lequel je peinais à reconnaître des chansons que je connaissais par cœur et jouées dans l'ordre qui plus est... Les lurons avaient certainement besoin de remettre la machine en marche.


C'est donc sans réelles expectatives, car difficile de faire pire prestation live, que nous prenons ce nouveau rendez-vous avec les boys d'Örebro en ce mardi 16 février au Divan du Monde de Paris, sold-out pour l'occasion.
Petite nuance tout de même : leur dernier album True Brew sorti en 2015 annonçait un retour en forme tant il mêle le son plutôt rock proposé sur leurs derniers efforts que le son punk-rock et skate de leurs débuts, un des meilleurs albums dans le style l'an dernier filtrant avec nostalgie et fraîcheur.

Ce sont les locaux de Hogwash qui ouvrent tôt cette soirée skate-punk (nous manquons hélas leur set) avec leurs sons teintés "2000's" complètement légitimes tant ils font office de vieux de la vielle au même titre que Millencolin au vu de leur longévité impressionnante, le groupe s'étant formé en 2002 et a sorti son dernier album en 2014, avec toujours cette même veine punk-rock rapide et mélodique.

Puis c'est Templeton Pek qui entre en scène dans une salle très remplie vu que, rappelons-le, ce soir c'est guichet fermé ! Le power trio de Birmingham (aucun doute là-dessus à en entendre le fort accent british du chanteur) va s'évertuer à chauffer l'ambiance avec un punk-rock moins rapide, un poil moderne qui n'invente rien mais s'en trouve sacrément efficace avec ses envolées mélodiques et refrains catchys, entrecoupés de nombreux passages mid-tempo. Le public est attentif, réceptif et secoue la tête tout du long.

Neal Mitchell, chanteur bassiste au look skater années 2001 et tenture de cheveux blonds, basse au niveau des genoux, donne tout ce qu'il peut lors des 8 titres présentés pour faire partager son énergie et sa passion, nous fait chanter et taper des mains au rythme de la grosse caisse de batterie. Il ne cesse de nous demander si nous sommes prêts pour l'arrivée des "boss" suédois, notamment avant de finir leur set super-énergique avec "Damage Control" avec ses refrains harmonisés et passages 2-temps, histoire de suer un coup avant la suite.

L'ambiance est à point donc, et chacun commence à se placer dans la salle pour être certain d'assister au mieux à la prestation des Nordiques Millencolin, tant attendus, et l'attente dure un peu, le changement de plateau est un peu long, nous entendons les check-voix par les techniciens puis des sons de guitares se font de plus en plus présents, signe que le début du concert est imminent. Puis des sirènes se font entendre, accordées avec spots rouges qui parcourent la salle comme si la Police cherchait quelqu'un... et les musiciens entrent sur les planches en s'emparant de leurs instruments et saluant de la main son public avant d'entamer directement avec "Egocentric Man" tirée du nouvel album True Brew.

Nous aurons droit à plusieurs extraits de ce dernier, pour notre plus grand bonheur, entremêlés avec brio de morceaux classiques tels que "Penguins & Polarbears" ou "Twenty Two" et de l'époque du revirement plus rock'n'roll du quatuor, celle de Home From Home avec "Man Or Mouse" et le "Yeah yeah yeah yeahhhh" chanté par la salle entière, alors que les "True Brew" ou "Autopilot Mode" font leur petit effet entre deux blagues : "sur la dernière date du combo, quelque chose comme il y a 17 ans" lancent-ils tout-sourire, au hasard, avant la classique "Twenty Two" tirée de l'album For Monkeys

Puis Nikola Sarcevic nous propose de danser avec eux sur des vieilles chansons "grotesques" et "burlesques" en français dans le texte sur "Olympic" et son deux-temps tonitruant et son refrain que le Divan du Monde au complet reprend encore une fois : "don't like me, don't like me"... On est de retour au lycée époque skate-punk ! Ce fil conducteur est encore là avec "Bring Me Home" dans l'esprit plutôt pop mais son vidéo-clip qui met en scène le fameux poussin (NDLR : mascotte du groupe) en skate dans les rues de Los Angeles nous apparaît à l'esprit durant la chanson toute autant efficace avec ses backing vocals typée Bad Religion.

Nikola présente alors chacun des musiciens tous très bon esprit et blagueurs, essayant tant bien que mal de parler en français à la limite de la lourdeur sur certaines phrases, mais cela passe avec le sourire et la bonne humeur sous-jacente dans l'assemblée, puis "Mr. Clean" sonne la fin du show sur fond de circle-pit dans lequel on croise des mecs en costard se frotter aux vestes en cuir, toutes couleurs de peaux, autant d'hommes que des filles... avant un rappel bien mérité et histoire de finir en beauté les Millencolin nous offrent encore une fois un habile mélange des différentes époques de sa carrière avec un "Black Eye" et "Silent Suicide" pour ne laisser aucun doute en terminant ce soir par la cultissime "No Cigar" au début de laquelle le roulement de batterie à rallonge permet au frontman suédois de remercier encore ses fans parisiens qui leur sont toujours fidèles après tant d'années de punk-rock et de nous offrir ce qu'ils ont de mieux !

Millencolin a visiblement repris du poil de la bête depuis leur dernière venue : de nombreuses dates et un album très bon dans les pâtes à défendre, le plaisir d'être sur scène font la différence et on mettra de côté les quelques "pains" à la batterie ou à la guitare ci et là tant l'énergie aura pris le dessus ce soir !

Texte : Antoine D.
Photos : Mathilde M.

Merci à Alternative Live.

Setlist : 

Egocentric Man
Penguins & Polarbears
Twenty Two
Fox
Sense & Sensibility
Happiness for Dogs
Bullion
Man or Mouse
True Brew
Dance Craze
Olympic
Bring Me Home
Cash or Clash
Autopilot Mode
Duckpond
Mr. Clean
---
Black Eye
Ray
Silent Suicide
Lozin' Must
No Cigar



Aucun commentaire :