lundi 7 mars 2016

Chronique Express : Tonight Alive - Limitless

Si pour vous l’écoute de The Other Side, le précèdent effort des Australiens, était déjà un exercice s’apparentant au plaisir coupable, je ne saurais que trop vous conseiller de ne même pas envisager une seule écoute de Limitless. En effet, votre street cred’ risquerait d’en prendre un sacré coup. Le contenu de la galette de Tonight Alive est, soyons clairs, terriblement poussif, peu inspiré, voire complétement ennuyeux. La copie est plus proche du mauvais boys-band des années 90 que de l’album de pop-punk novateur. Pire, la simple écoute est clairement embarrassante pour l’auditeur de plus de 12 ans tellement le fond comme la forme manquent à l’appel. Les guitares sont tout simplement absentes, les chœurs agaçants omniprésents et les synthés démodés se taillent la part du lion. Certes, Tonight Alive n’a jamais fait preuve d’une grande originalité par le passé mais au moins l’écoute été plaisante et l’énergie communicative. Ici, même les musiciens semblent littéralement tomber d’ennui, comme dans le vidéoclip du single "Drive". L’ensemble manque cruellement de rythme et les arrangements plats sont très loin de rehausser le rendu. La seule piste qui ferait office de bonne ballade est "Waves" qui dégage une certaine émotion mais c'est à peu près tout. Pour ne rien arranger à l'affaire, la pochette est hideuse. Une limite a bien été franchie mais vraiment pas dans la bonne direction... Cette fois, les beaux yeux de Jenna n’y changeront malheureusement rien.

0,5/5 
Recommandé si vous aimez : Avril Lavigne sous Prozac

Martin G.



Aucun commentaire :