mercredi 23 mars 2016

Chronique Express : Hands Like Houses - Dissonants

Les Australiens de Hands Like Houses ont vite gravi les échelons de la scène en proposant des albums intéressants, et avouons-le, assez personnels. Pour leur troisième opus, Dissonants, la troupe de Canberra doit faire sans Jamal Sabet, son claviériste ayant quitté le navire en 2014. Et il faut dire que la musique du combo perd en originalité suite à ce départ. Mais ce qu’ils perdent en efficacité, ils le gagnent en puissance. Puissance certainement dû au fait, qu’en plus d’avoir collaboré avec James Paul Wisner comme sur Unimagine, leur précédent disque, les gaillards ont également travaillé avec le très en vogue Erik Ron. En résulte pas mal de hits de puissances, tels "I Am", opener fédérateur, "Colourblind", single imparable ou "New Romantics" et son côté nu-metal groovy, mettant l’organe de Trenton Woodley plus en avant que jamais. Côté réussite, impossible de ne pas mentionner "Division Symbols", pépite incontestable de la galette, dont la mélodie de claviers peut évoquer leurs labelmates de PVRIS, ou la plus légère et popisante "Momentary". On regrettera cependant un ventre mou à l’opus, enchaînant les morceaux plus doux, ainsi qu’une seconde moitié d’album bien moins percutante, qui font de ce Dissonants un album sympathique, avec un potentiel évident, mais loin de la claque que l’on attendait au moment des premiers extraits dévoilés. 

3,5/5
Recommandé si vous aimez : Emarosa, The Receiving End Of Sirens, Normandie

Axel R.




Aucun commentaire :