mardi 15 mars 2016

Chronique Express : Adept - Sleepless

Si le nom d’Adept ne vous évoque pas grand-chose c’est peut-être que jusque-là, le combo Suédois n’a jamais vraiment réussi à déchaîner les foules, fautes à des albums relativement moyens, même si Silence The World, leur précédente mouture datant de 2013 laissait entrevoir du mieux. Et ça se confirme avec Sleepless, quatrième opus du groupe de Trosa. Il faut dire qu’entre ces deux productions, la donne n’a pas vraiment changée. Le quartet nous sert un metalcore énergique, sombre et puissant pouvant se rapprocher des travaux d’Architects, en gardant un aspect mélodique constant, évoquant les premiers travaux de Blessthefall avec Beau Bokan derrière le micro, la ressemblance vocale entre le frontman américain et Robert Ljung aidant à la comparaison. Et pour nous embarquer dans sa musique, les Scandinaves ne lésinent pas les moyens. La production est tout simplement excellente, puissante, mettant les guitares en avant, qu’elles soient sous forme de leads mélodiques ou riffs tranchants, la six cordes se taille la part du lion sur cette galette. Le quintet se permet même de nous balancer, çà et là quelques orchestrations très bien senties, jamais trop pompeuses ou de mauvais goût, apportant vraiment à cette atmosphère étouffante. Sentiment appuyé par les nombreuses interventions en mode « spoken-word » convaincantes, dans lesquelles Robert nous raconte son mal être. Au final, sans révolutionner le genre, la troupe nous sert un album très solide, son meilleur et de loin à ce jour, qui convaincra les sceptiques comme moi, sur leur potentiel. 

3,5/5
Recommandé si vous aimez : Architects, les premiers blessthefall, The Word Alive 

Axel R.




Aucun commentaire :