lundi 22 février 2016

Live Report : Basement + Tigers Jaw @ AB Club, Bruxelles (Belgique) - 14/02/16


Quelle belle affiche en ce jour de Saint-Valentin ! Quoi de mieux qu’un petit concert en lieu et place d’un énième ennuyeux dîner aux chandelles !? Visiblement nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée car même si la capacité de la salle est assez réduite (environ 300 personnes), l’événement affiche tout de même sold-out. Il en est de même pour Twenty One Pilots qui jouent ce soir dans la salle principale. Pour l’anecdote, le duo américain avait joué à guichet fermé dans la petite salle où nous nous trouvons ce soir il y a peine un an et demi en arrière… A l’inverse, nous avions déjà eu l’occasion de voir Basement à l’automne 2015 en tant que première partie de Brand New dans la grande salle. C’est donc à un véritable jeu des chaises musicales auquel nous assistons et ce pour notre plus grand plaisir tant l’AB Club dégage une atmosphère et une chaleur si propice à l’affiche de ce soir. 

Pour ma part, c’est la première fois que je vois les Tigers Jaw en live. Leur dernier album, Charmer, remonte déjà à 2014 et trouve toujours une place de choix dans mes écoutes tant il est profond et homogène. Plus qu’une première partie, les Américains nous délivrerons 15 titres dont "In Between Days", la fameuse reprise des Cure. La majorité d’entre eux sont bien sûr tirés de Charmer. Ce qui frappera tout au long de la prestation, c’est la précision d’interprétation. On croirait écouter l’enregistrement studio.



Pour ne rien gâcher au plaisir, la bande s’amuse clairement et ça se ressent. Comme ce n’est pas toujours le cas dans cette scène, ça vaut le coup d’être souligné. Le contraste entre la tristesse des paroles et les sourires affichés renforce d’ailleurs cette impression. Une réelle énergie positive se dégage poussant inévitablement l’assemblée à prendre part à de nombreux sing alongs. 


Durant les hits contenus dans la setlist: "Hum", "Frame You" ou encore "Cool" pour ne citer que ceux-là, Brianna nous envoûtera avec ses parties de synthés légèrement vintages, mêlant sa voix à celle de Ben avec panache. Sur "Slow Come On", la symbiose avec le public est tout simplement parfaite. On attaque fort la soirée ! On oublierait presque que nous sommes un soir de Saint-Valentin… 

Setlist Tigers Jaw : 

 01. Hum
 02. Arms Across America
 03. Nervous Kids
 04. Test Pattern
 05. Frame You
 06. Chemicals
 07. I Saw Water
 08. Slow Come On
 09. Teen Rocket
 10. Never Saw It Coming
 11. In Between Days (The Cure cover)
 12. Cool
 13. Charmer
 14. Plane Vs. Tank Vs. Submarine
 15. The Sun

Attendus comme le messie à chacune de leur date depuis leur reformation, c’est déjà la troisième fois que je vois Basement depuis le printemps dernier. Laissé sur une mauvaise impression lors de leur passage en première partie de Brand New, la faute à une basse mal réglée couvrant l’ensemble des autres musiciens, à une setlist trop courte et à une salle trop grande, mes attentes étaient élevées suite à cette frustration. Pour ne rien arranger à l'affaire, leur nouvel album, Promise Everything, est plutôt sympathique mais loin des espérances placées en eux par l’ensemble des observateurs et des fans. Offrant une version plus lisse mais pas complètement en rupture de leur style si caractéristique, les Anglais se devaient de nous rassurer en live.



Pour résumer la setlist en quelques mots, prenez les hits du premier et du second album auxquels vous ajouter les titres les plus efficaces du dernier et vous obtenez la recette de la soirée. Pour les non-initiés, chaque concert de Basement est une petite fête en soi, karaoké géants, slams à gogo… Vous voilà prévenus, ce n'est pas parce que vous êtes tout seul au premier rang qu'un gaillard s'empêchera de vous sauter dessus tout en chantant le refrain de "Fading".



Nous avons droit à une entrée en matière qui va droit au but avec "Brother's Keeper", titre d’ouverture du petit dernier. Tout le monde s’ambiance gentiment. Les fans semblent déjà êtres bien familiers avec les nouveaux titres. Ce n’est véritablement qu’avec "Crickets Throw Their Voice" que les choses sérieuses commencent. Un véritable appel au catharsis émotionnel. En ce jour si particulier, avouez que ça tombe plutôt bien ! Arrivent les premiers arpèges d’"Aquasun" et des sourires s’affichent sur les visages du public. L’entièreté des premiers rangs reprendra ce refrain des plus efficaces. Un futur classique de la discographie de la bande à n'en pas douter. A noter que que sur les nouveaux titres, Andrew s’applique tout particulièrement. La très réussie "For You The Moon" en est la preuve irréfutable. Mon intuition me dit que ça sera le prochain single issu de Promise Everything. Une sorte de "Covet" 2.0 en somme.


En revanche, la belle "Oversized" peine à convaincre lors de l’épreuve du live et créée même un blanc inadéquat en milieu de show. Heureusement que le groupe tapera fort avec un rappel finissant en apothéose sur le hit "Covet". J’ai beau l’avoir vu plusieurs fois, je suis toujours étonné par la puissance et l’assuidité de la foule à reprendre les paroles.

En résumé ce fut une très très bonne soirée. De plus, aucune rupture n’est à déplorer malgré l’atmosphère plombée par des paroles gonflées aux désillusions amoureuses. Vivement la prochaine Saint-Valentin !

Setlist Basement : 

01. Brother's Keeper
02. Crickets Throw Their Voice
03. Bad Apple
04. Spoiled
05. Aquasun
06. Whole
07. For You the Moon
08. Canada Square
09. Fading
10. Earl Grey
11. Oversized
12. Blinded Bye
13. Pine Encore:
14. Yoke (stripped down)
15. Promise Everything
16. Covet

Textes & Photos: Martin G.




Aucun commentaire :