mercredi 24 février 2016

Chronique Express : Bury Tomorrow - Earthbound

A peine plus d’un an et demi après Runes, les Anglais de Bury Tomorrow sont déjà de retour avec Earthbound, leur quatrième album tout juste paru via le label Nuclear Blast. Les cinq gaillards n’ont donc pas chômés, et on aura même tendance à dire qu’ils sont allés un peu trop vite justement. Attention, cet opus n’est en aucun cas loupé ou quoi que ce soit, on y ressent juste un sentiment de trop peu, lors de son écoute. Les compositions sont percutantes, carrées, mélodiques et exécutées avec soin, mais voila, le tout sonne quelque peu monotone. Désireux de produire un album au rendu le plus proche possible du live, les natifs de Portsmouth n’y vont pas par quatre chemins. Pas de fioritures, très peu d’arrangements, le tout est concis et fait tout pour être le plus « in your face » possible. Mais à force de vouloir aller au plus direct, les compositions tournent en rond, et suivent toutes, ou presque le même schéma, ce qui est assez regrettable. Il est d’autant plus dommage que ce parti pris soit à double tranchant, car paradoxalement, les British n’ont jamais été aussi efficaces. Chaque titre est une boule d’efficacité. Les riffs sont puissants et tranchants à souhait, les breakdowns sont ravageurs, les refrains tubesques comme pas deux, et les rythmiques carrées. "The Eternal" donnera le ton, et même si quelques titres tels que le plus mélodique "Restless & Cold", l’agressif "Bloodline" ou le thrashisant "301", avec Jamey Jasta, chanteur d'Hatebreed en invité, sortent légèrement du lot, le tout reste très, très homogène. On ressort donc de cette galette avec un avis partagé, même si globalement très positif. Quoiqu’il en soit, avec un tel album sous le coude, les gars n’ont pas à rougir face à la concurrence. 

3,5/5 
Recommandé si vous aimez : Parkway Drive, I Killed The Prom Queen, As I Lay Dying 

Axel R.




Aucun commentaire :