mardi 17 novembre 2015

Live Report : Beartooth + Our Theory + From A Broken Stereo @ Backstage By The Mill, Paris - 01/11/15

C’est en ce 1er novembre que le groupe Beartooth a donné rendez-vous au Backstage By The Mill, juste avant leur tournée avec Bring Me The Horizon qui débutera le lendemain même à Munich, pour saluer les fans de la capitale parisienne. Au menu ce soir, une belle brochette de Français avec From A Broken Stereo (originaire de Clermont de l’Oise) et Our Theory pour ouvrir le bal.

19h30 passées, et c’est au premier groupe de la soirée, From A Broken Stereo de s’avancer sur scène. La formation est jeune, je dirais même très jeune, avec un frontman aux traits de teenager. Néanmoins, cette anecdote peut mettre en exergue le caractère très prometteur de ces Clermontois, d’autant plus qu’il est possible de remarquer quelques connaisseurs venus les supporter dès la première chanson.

D’un point de vue musical, le groupe n’en est bien évidemment qu’à leur premier EP (Blueprint) compte tenu de leurs années d’expérience, qu’ils joueront ici dans son intégralité. Même si la prestance scénique est indéniable, et la volonté remarquable, la justesse sur le chant clair et la coordination instrumentale ne bat pas toujours son plein et interfère fâcheusement avec un scream qui lui est pourtant bien maîtrisé.

Néanmoins, à l’approche de la fin du set, la question n’est plus à la performance musicale vu l’ambiance manifestement bonne avec un groupe réussissant à faire assoir une fosse complète, et des tonnerres d’applaudissements. Si From A Broken Stereo ne fait que commencer, ceux-ci sont en très bonne voie pour prendre un place conséquente au sein de la scène métalcore : un groupe à suivre de très près !

L’ambiance montre d’un cran avec l’arrivée des Parisiens d’Our Theory, et ce, dès la première chanson avec l’intro de leur track "Mirror" dont le clip vient tout juste d’être mis en ligne. Pour cette formation également, cette soirée sera la bonne occasion de nous faire découvrir leur nouvel EP, Renaissance, dont la sortie est prévue le 27 novembre prochain.

Sur le contenu de cette prestation justement, Our Theory agrémente leur musique de passages électro s’apparentant de manière significative avec des créations de groupe comme Issues à titre d’exemple (ceci est à prendre de manière positive dans cette argumentation bien que ce classification de genre varie selon les gouts et les couleurs bien entendu…). L’énergie est présente, et les enchaînements sont carrés musicalement comme sur la prestance scénique. Voire même un peu trop puisqu’on pourrait presque y voir un set prémédité, réglé à la seconde et de facto, un peu moins authentique, mais ceci constituera notre seule et unique critique de la soirée compte tenu de ce passage plutôt réussi !

L’auditoire est alors extrêmement réactif, et n’est pas seulement composé des afficionados habituels mais bien d’un tout nouveau public : une chose est sûre le groupe attire du monde. Ce passage a pu confirmer une certaine maturité et un travail poussé qui devrait nettement ressortir sur l’EP du groupe a venir avec un style qui leur est maintenant propre à eux. Pour finir, je dirais qu’on attends avec curiosité la suite des évènements pour Our Theory, qui nous ont laissé une bonne impression.

C’est avec "The Lines" que Beartooth vers 21h30, fit trembler le Backstage avec une puissance hors du commun. Une des caractéristiques la plus flagrante que l’on retrouve autant en live que sur leur dernier album restent leur alternance entre passages de scream et chant clair extrêmement bien mis en place. D’un côté, on pourrait dire que Beartooth suit de ce fait toujours le même schéma musical avec sur chaque titre des refrains chantés entraînants. Ceci pas nécessairement déplaisant, et au contraire reste quelque chose de très fédérateur. Notre impression sur "In Between" est à axer sur la performance live de cette chanson qui en a laissé un grand nombre sans voix. En effet, si la version studio pouvait paraître aux yeux de certains relativement apathique et sûrement considérée comme la moins agressive de "Disgusting", c’est vraiment un tout nouveau Beartooth qu’on nous avons pu écouter ce soir, mêlant ardeur et authenticité.

Par la suite, la chanson "I Have A Poblem" montre alors définitivement la consécration des fans français, incontrôlables et hurlant à tue-tête. "Body Bag", sera le seul hic de la soirée, qui n’est pas des moindres selon nous. En effet, une fois celle-ci terminée, le groupe, avec une rapidité surprenante, quitte la scène et rentre dans leurs terriers bien au chaud à l’arrière du Backstage.

Vint l’accalmie, puis l’incompréhension, et enfin, la contrariété de la foule, qui n’hésita pas à s’en aller quelques minutes plus tard, n’espérant en rien un rappel du groupe. Si le show était d’une intensité digne de ce nom, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? L’excuse d’un nombre de tracks insuffisant pour jouer plus longtemps n’est absolument pas valable lorsqu’on pense à des groupes relativement récents et novices, qui malgré leur nombre limité de chansons disponibles sont à même de nous proposer un set d’une heure voir plus.

Les fans parisiens transformés en un public d’expérimentation du set prêt pour la tournée européenne avec Bring Me The Horizon ? Cette hypothèse est déjà plus plausible. En résumé, c’est à demi-satisfaits que ressortiront les fans sur le boulevard de Clichy, proportionnellement à la moitié de set auquel il aura été possible d’assister. 

Texte : Emilie C.
Photos : Mathilde M.

Merci à Alternative Live !




Aucun commentaire :