jeudi 26 novembre 2015

Chronique : Coheed And Cambria - The Color Before The Sun

Formée il y a désormais 20 ans, le quatuor Coheed And Cambria propose des œuvres complètes, que ce soit avec des concepts tout droit sortis de la tête de Claudio Sanchez, maître à penser de la formation, mais aussi avec une musique singulière, qui n’hésite pas à se montrer très technique. The Color Before The Sun, huitième et nouvel opus du combo new-yorkais, est le premier à ne pas suivre The Armory Wars ; la fiction de Claudio, et apporte un léger vent de fraîcheur dans la discographie déjà bien fournie de la troupe.

En effet, l’ambiance globale de ce full-lenght oscille plus souvent entre rock alternatif et emo/pop, tandis que les sursauts techniques représentant la facette progressive du groupe sont ici aux abonnés absents. Le combo a déjà produit ce genre de compositions plus légères et catchy, ils faisaient d’ailleurs souvent office de singles, notamment des titres comme "Favor House Atlantic3 ou encore "The Suffering"et "You Got Spirit, Kid", premier extrait de cette nouvelle galette, tend effectivement de ce côté-là. Un titre aux premiers abords un peu light, mais qui, une fois mis dans le contexte de l’album, s’avère rafraîchissant et entêtant.

Car voila, si l’opus est plus facile d’accès qu’à l’accoutumée, il est également très varié, et ne s’avère pas être une simple compilation de singles potentiels mis bout à bout. Outre les titres évidents et tubesques à souhait que peuvent être l’opener "Island" aux chœurs hauts perchés, "Colors" et son riff principal tranchant couplé à des gimmicks ingénieuses, "Here To Mar" qui sonne comme un croisement entre The Police sur les couplets et Thirty Seconds To Mars sur des refrains et breaks explosifs et "The Audience" qui rappelle le Coheed And Cambria plus classique, le reste se compose de titres plus lancinants, aux tempos lents.

Si "Ghost" est une merveilleuse ballade acoustique, "Young Love" lui se voit gâché par un riff presque strident alors que le refrain est saisissant… Dommage. "Peace To The Mountain" ne présente elle que peu d’intérêt hormis sa montée finale accompagnée de cordes du plus bel effet. Et on vient au principal défaut de la galette, qui hormis le fait de présenter une couleur musicale un peu nouvelle pour la troupe, ne présente que peu de nouveautés. Côté mélodies et ambiances, on reste en terrain connu, alors que l’on aurait pu espérer que le groupe se lâche un peu plus.

La production signée Jay Joyce (Halestorm, Cage The Elephant) et le groupe-himself est elle exemplaire, rien à redire et donne à l’opus le relief nécessaire pour être mis en valeur comme il se doit. Car au final, ce The Color Before The Sun s’avère bien plus convaincant que Year Of The Black Rainbow, et surtout du trop classique et inégal diptyque The Afterman. Si Coheed And Cambria aurait pu aller plus loin, il propose là un album qui tient bien la route, et s’avère même être une bonne surprise.

3,5/5

Axel R.

1. "Island"
2. "Eraser"
3. "Colors"
4. "Here to Mars"
5. "Ghost"
6. "Atlas"
7. "Young Love"
8. "You Got Spirit, Kid"
9. "The Audience"
10. "Peace to the Mountain"

Facebook Coheed And Cambria



Aucun commentaire :