mardi 12 mai 2015

Chronique Express : Turnover - Peripheral Vision

Ce deuxième album de Turnover surprendra et divisera, à coup sûr. Mais avant tout, il faut arrêter de parler de suite de shoegaze. Car, il n’y en pas une miette. Ni dans l’instrumentation, ni dans les lignes de chant. Ici, le pop-punk-emo un poil grungy a été remplacé par une emo-pop matinée de new wave. Les guitares ne saturent plus autant qu’avant, les compostions flirtent le plus souvent avec le mid-tempo, et les vocalises saut-du-lit et traînantes sont aussi de la partie. Pas engageant dit comme ça ? Et bien détrompez car si vous lui en donnez l’occasion (réellement l’occasion, c’est-à-dire plus d’une écoute), cet album vous submergera et vous ne pourrez plus le lâcher. Le tiercé d’ouverture fait mouche et tout le reste coule de source. La mélodie imparable de "Cutting My Fingers Off", le refrain sublime de "New Scream" et la fragilité de "Humming" ne sont que la partie émergée de l'iceberg mais font partie des titres les plus marquants écrits par le groupe. Et ne pensez surtout pas que l’ennui pointera le bout de son nez car malgré l’homogénéité de la galette, rien, absolument rien n’est à jeter ici. Alors oui, certains auditeurs seront déçus de la tournure prise par le groupe, comme Title Fight avec Hyperview, moins nerveuse et moins dynamique. Mais de bien des manières, Turnover a trouvé sa voie et sa voix. Peripheral Vision est culloté, et est très loin d’être un sous Title Fight (niveau son, les groupes ne sonnent en rien pareil). A ne pas louper si vous êtes fans de musique à haute teneur en émotions. Et si on tenait là un des albums de 2015 ? 

4,5/5 
Recommandé si vous aimez : Moving Mountains qui auraient croisé The Cure 

Guillaume W. 




Aucun commentaire :