mercredi 22 février 2012

Chronique : Young Guns - Bones

On le sait désormais, il faudra compter avec les groupes made in UK. Si avec son premier effort, Young Guns se faisait remarquer avec la voix chargée d'émotion de Gustav Wood et sa capacité à pondre des tubes (« Weight Of The World »), ici le groupe explose complètement et livre tout ce qu'on pouvait attendre d'un second album.

La principale différence avec All Our Kings Are Dead est que cette fois l'album est beaucoup plus hétérogène, mais
s'orientant dans deux grandes directions principales.

Une intro explosive que n'aurait pas renié Lostprophets, «I Was Born, I Have Lived, I Will Surely Die », où l'inspiration du chant se fait de suite sentir avec notamment un refrain énorme soutenu par les coups sourds de la batterie.
Avec les singles « Learn My Lesson » mais surtout la géniale « Bones », le groupe fait une fois de plus mouche pour ce qui est du catchy. Et que dire de ce refrain qui n'a pas à rougir de la comparaison avec celui de « Weight Of The World » : « I feel it in my bones, I'll do this on my own », accompagné de gang vocals énergiques qui donnent envie de reprendre en choeur. L'expérience du groupe en 1ère partie de Bon Jovi les as clairement motivé à pondre des hymnes arena rock. Quant à « Headlights « , très réussie, elle ferait presque penser à un morceau de Saosin.
En contrepartie, fini le son lourd presque metal de morceaux comme « Elements » sur le premier opus, ici le morceau le plus violent ne l'est pas tant que ça, hormis « Bones » : « Towers (On My Way), toujours catapulté par ses double voix et des semblants de cris.

On sent une volonté de se diversifier avec pas mal de morceaux plus planants ou carrément acoustiques. Si « You Are Not » commence tout doucement, avec une voix chaleureuse, plus mature, le refrain lui explose complètement émotionellement et de façon super fédératrice (bon, toujours ce côté arena rock quoi). Sans parler du court morceau acoustique d'une minute « A Hymn For All I've Lost », le groupe a mis l'accent sur l'émotion avec cet album, il suffit de voir la mélancolie qui se dégage de « Everything Ends » pour s'en convaincre.
On notera également les nombreuses envolées du chanteur, notamment sur le final « Broadfields », qui commence sur une guitare sèche, avec le chant pas moins sec de Gustav, pour un ensemble aux intonations presque grunge, avant qu'il ne monte jusqu'en voix de tête à nous en foutre des frissons tandis que les guitares se la jouent post-rock en fond.

Young Guns délivre de son album sophomore ce qu'on attend d'un tel album : tout en mieux ou presque. Mieux produit, plus accrocheur, plus diversifié ; seuls certains petits éléments nous feront regretter l'album précédent tels que le côté metal/bourrin qui s'envole et pour certains peut-être trop de chansons qui jouent sur l'émotion. Un effort solide qui installe confortablement le groupe dans les valeurs sûres rock alternatives du moment.

4/5

Sylvain L.

1. I Was Born, I Have Lived, I Will Surely Die
2. Dearly Departed
3. Bones
4. Towers (On My Way)
5. A Hymn For All I’ve Lost
6. You Are Not
7. Brother In Arms
8. Learn My Lesson
9. Everything Ends
10. Interlude
11. Headlights
12. Broadfields





3 commentaires :

Mariooo57 a dit…

Plutôt déçu par cette orientation "arena rock". Ils sonnent désormais comme tous les autres groupes du même genre. Quelques bons titres tout de même comme "Bones", "Learn My Lesson", "Brother In Arms" et "Headlights".

Rocket a dit…

Je trouve que vous devriez arrêtez de prendre ce ton condescandant, on dirait que vous prenez les artistes de haut.

Alternativ News a dit…

Rocket, je ne vois pas pourquoi tu dit ça à propos de cette chronique ?

Parfois, certes, on se permet d'être cinglant lorsqu'un groupe nous a déçu (Papa Roach dans ma récente news en l’occurrence), mais là pour le coup je ne vois pas où j'ai pris le groupe de haut étant donné que je n'en dit que du bien.

Sylvain L.